Politique

Centrafrique : les « faucons » de Touadéra

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 9 juillet 2021 à 16:06

Faustin Archange Touadéra, lors de sa prestation de serment, le 30 mars 2021 à Bangui. © Adrienne Surprenant/AP/SIPA

Proches conseillers, financiers ou membres de la famille du président centrafricain, ils sont sur tous les fronts pour protéger Bangui face aux rebelles qui ont juré la chute de Faustin-Archange Touadéra. Et bon nombre d’entre eux sont très liés avec la Russie de Vladimir Poutine…

Depuis décembre, la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), rébellion rassemblant plusieurs groupes armés menée par l’ex-président François Bozizé, a lancé les hostilités contre le pouvoir de Bangui. Début janvier, ces derniers sont même parvenus jusqu’aux portes de la capitale, avant d’être repoussés par l’armée centrafricaine, appuyée par les forces russes et rwandaises. Faustin-Archange Touadéra (FAT) avait alors vu sa présidence sauvée de justesse.

Depuis cet épisode délicat pour Bangui, plusieurs proches de FAT ont œuvré en coulisses pour créer des alliances et recoller les morceaux entre Touadéra et certains de ses homologues voisins, aux yeux desquels le président centrafricain devenait presque indésirable. Diplomatie, économie… Ces « faucons » du président sont sur tous les fronts pour aider le chef de l’État à conforter sa position face à la CPC après une présidentielle pour le moins contestée, et à regagner ses galons dans la sous-région. Et sans surprise, bon nombre de ces « faucons » ont des liens serrés avec la Russie de Vladimir Poutine…

Thierry Oronfei

Thierry Oronfei

Thierry Oronfei © DR

Ministre conseiller de Faustin-Archange Touadéra chargé des nouvelles technologies depuis le premier quinquennat du chef de l’État, il est aujourd’hui l’une des pièces maîtresses du cercle présidentiel. Ce mathématicien de formation a joué un rôle essentiel dans les stratégies mises en place par le pouvoir pour contrer les rebelles de la CPC.

Très proche de l’un des fils du puissant ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, Oronfei a usé de ses relations pour établir des canaux de discussion entre Touadéra et le cercle de Vladimir Poutine. C’est lui qui a négocié les dernières livraisons d’armes russes à l’armée centrafricaine.

Discret, il élabore avec le président les stratégies militaires conjointes avec les forces russes. Ses manœuvres ont permis de mener la contre-offensive contre les rebelles.

Pascal Bida Koyagbélé

Pascal Bida Koyagbélé

Pascal Bida Koyagbélé © DR

Ministre conseiller de FAT en charge des grands travaux, Pascal Bida Koyagbélé fait partie des proches du président qui ont fait pencher la balance en faveur de Touadéra sur la scène diplomatique depuis l’offensive de la CPC.

Ses relations avec le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov, ont pesé dans l’intervention militaire russe. Avec le ministre de la Défense Jean-Claude Rameaux Bireau, il a négocié et obtenu l’accord militaire et économique avec le Rwanda et la Russie. Côté rwandais, il s’était appuyé sur ses relations avec Clare Akamanzi, la directrice du Rwanda Development Board, pour parvenir à un rapprochement entre Paul Kagame et Faustin-Archange Touadéra.

Entre décembre et juillet, Pascal Bida Koyagbélé a ainsi effectué plusieurs voyages à Kigali, Moscou et Saint-Pétersbourg au nom du président. Suite à ses nombreux déplacements en Russie et au Rwanda, il a notamment obtenu l’installation en Centrafrique de la compagnie aérienne Rwandair et des producteurs du jus naturel Inyange.

Sani Yalo

Sani Yalo, l’un des proches les plus « aguerris » de Touadéra.

Sani Yalo, l’un des proches les plus « aguerris » de Touadéra. © DR / Copie d’écran Facebook

Personnage discret et méticuleux, c’est autour de ce proche conseiller de l’ombre que Touadéra élabore ses stratégies politiques, diplomatiques et militaires. Sani Yalo, qui ne figure sur aucun organigramme officiel, s’est montré décisif dans la réélection du président. Alors que le Mouvements Coeurs Unis (MCU, au pouvoir) partait divisé, il a su rassembler les cadres et a élaboré des alliances entre FAT et plusieurs partis politiques, y compris de l’opposition.

Sani Yalo a financé les campagnes électorales de plusieurs centaines de candidats pour le compte de Touadéra. Et si le MCU a obtenu la majorité au Parlement avec 113 sièges sur 140, c’est pour partie grâce à lui.

Dans la sous-région, notamment au Tchad et au Congo-Brazzaville, il a servi de lien entre FAT et ses homologues Denis Sassou Nguesso et Idriss Déby Itno, puis avec le fils du défunt président tchadien, Mahamat Idriss Déby.

À Brazzaville, Sani Yalo s’appuie sur ses relations avec Denis Christel Sassou Nguesso pour rapprocher les deux présidents. Du côté de Kinshasa, il s’est tourné vers François Beya, ancien proche de Joseph Kabila devenu conseiller de Félix Tshisekedi avec qui il est très lié, pour que son patron obtienne le soutien du président congolais. À N’Djamena, il a joué sur ses liens avec la famille présidentielle pour éviter, au début du mois de juin, une escalade militaire entre les deux pays. 

Henri-Marie Dondra

Henri-Marie Dondra, le ministre centrafricain des Finances, en novembre 2019 à Bangui.

Henri-Marie Dondra, le ministre centrafricain des Finances, en novembre 2019 à Bangui. © DR / Ministère des Finances RCA

Ancien ministre des Finances, Henri-Marie Dondra a su convaincre Touadéra, qui l’a nommé Premier ministre à la mi-juin, dans un contexte de bras de fer entre la France et la Russie en Centrafrique. Fin mai, le président français Emmanuel Macron avait ainsi affirmé que le président Touadéra était « l’otage du groupe Wagner ». Dans la foulée, la France avait suspendu une partie de son aide militaire à Bangui, précipitant la chute de l’ancien chef du gouvernement centrafricain, Firmin Ngrebada.

Malgré la suppression des aides budgétaires de la France, c’est donc Henri-Marie Dondra qui a mis en place des stratégies pour permettre à l’État de continuer à payer les salaires. Le nouveau Premier ministre est réputé très proche de grandes figures financières françaises, à l’image de Christine Lagarde, ancienne patronne du Fonds monétaire international (FMI) désormais à la tête de la Banque centrale européenne. Fin stratège, Dondra devrait peser de tout son poids pour rétablir l’équilibre financier en Centrafrique tout en permettant à Touadéra de ne pas complètement perdre ses soutiens occidentaux.

Jean-Claude Rameaux Bireau

Jean-Claude Rameaux Bireau

Jean-Claude Rameaux Bireau © © DR

Récemment nommé ministre de la Défense, ce neveu de Touadéra a toujours été membre du cercle rapproché du président centrafricain.

Avec ses conseils stratégiques et ses liens avec de hauts-gradés russes, Rameaux Bireau s’est rendu indispensable pour le pouvoir de Bangui.

C’est aussi avec lui que travaillent les conseillers militaires envoyés par Moscou auprès de Touadera.