Politique

RDC : l’affaire de la vente de la résidence de l’ambassadeur rebondit à Paris

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Félix Tshisekedi, à Bruxelles en septembre 2019.

Félix Tshisekedi, à Bruxelles en septembre 2019. © epa07853732 Congo's President Felix Tshisekedi (L) is welcomed by European Commission President Jean Claude Juncker (R), during an official visit in Brussels, Belgium, 19 September 2019. © OLIVIER HOSLET/EPA/MAXPPP

Après sept ans de procédure devant la justice française, le bras de fer qui oppose l’État congolais à un couple d’entrepreneurs libanais connaît un nouvel épisode. Explications.

Depuis plusieurs années, Antoine Abou Lahoud et son épouse Leïla Abou Lahoud poursuivent l’État congolais afin d’obtenir réparation suite à l’expropriation, en 2005, d’une parcelle à Kinshasa occupée notamment par leur société Imporex. Ce conflit n’ayant pas été résolu devant la justice congolaise, le couple s’est tourné vers plusieurs instances internationales. Jusqu’à un dernier retournement de situation, le 7 juillet 2021.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer