Agroalimentaire

Cameroun : pour la Sosucam, l’heure de la restructuration a sonné

Réservé aux abonnés | | Par et
Mis à jour le 13 juillet 2021 à 18h03
Usine de Nkoteng, Cameroun

© Usine de Nkoteng, Cameroun

En difficulté depuis plusieurs années, la filiale camerounaise du français Somdiaa se réorganise. Un nouveau tandem, composé de Samuel Libock et d’Emmanuel Castells, est à la manœuvre.

Depuis début juin, la nouvelle provoque des remous : la Société sucrière du Cameroun (Sosucam), filiale du groupe français Somdiaa, a engagé une procédure pour licencier quelque 200 salariés dans le cadre d’une réorganisation de ses activités.

Coup dur pour les employés et l’entreprise, la décision est aussi une mauvaise nouvelle pour l’économie camerounaise : la Sosucam, qui compte plus de 7 000 collaborateurs (saisonniers compris) sur ses deux sites de M’Bandjock et N’Koteng dans le centre du Cameroun, revendique la position de troisième employeur du pays.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer