Culture

Sénégal : le Dakar culturel d’Aïsha Dème

Mis à jour le 3 août 2021 à 16:21
Aïsha Dème

Par Aïsha Dème

Cofondatrice du site web AgenDakar, directrice de Siriworo, agence d'ingénierie culturelle

Le centre culturel Guédiawaye Hip-Hop (GHipHop), en banlieue de Dakar, en novembre 2020.

Figure emblématique de la scène culturelle, la cofondatrice du mythique site agendakar.com, désormais directrice de l’agence Siriworo. passe en revue les lieux incontournables de la capitale.

C’est en 2009 que j’ai « basculé » dans la culture, en cofondant agendakar.com. Je l’ai quittée depuis, mais cette plateforme d’information a apporté une nouvelle manière de rendre la culture accessible, en particulier aux jeunes. À Yoff, l’un de mes lieux préférés est le « Village des arts », qui date de la présidence d’Abdou Diouf. Beaucoup de nos grands artistes y sont passés ou y œuvrent encore. J’adore me promener dans leurs ateliers, discuter avec eux,  les voir travailler…

Le cœur de la Médina abrite quant à lui une maison-galerie bouillonnante d’idées et de projets, l’Espace Médina, où l’on croise aussi nombre d’artistes, dont les disciples du défunt Joe Ouakam, mais aussi Selly Raby Kane, Douts ou Pascal.

Culture du partage

Outre le musée des Civilisations noires, près du centre-ville, et le musée Théodore-Monod d’art africain, que je fréquente assidûment, j’apprécie les rencontres amicales – expos, soirées gastronomiques… – que le photographe Antoine Tempé organise dans son loft, sur la terrasse d’un immeuble situé à la hauteur de la Médina.

J’ai aussi un faible pour la Raw Material Company, désormais installée Zone B. Sous l’impulsion de Koyo Kouoh, ce centre pour l’art contemporain est ancré dans la culture du partage : il invite de grands artistes de toutes origines, organise des résidences pour des jeunes en formation… En ce moment, sa bibliothèque – très fournie – accueille la Reading Room, une installation sur l’activisme au Sénégal.

Autres lieux de superbes expositions : Waru Studio, l’atelier de la cinéaste Fatou Kandé Senghor, à Mermoz-Sacré-Cœur, et la galerie OH d’Océane Harati, au Plateau, qui travaille avec Le Manège, la galerie dépendant de l’Institut français, où je me rends depuis mon plus jeune âge.

Scènes et salles obscures

Côté musique, j’adore la Cave de l’hôtel Djoloff (rue Nani-Fann-Hock). Réputé pour son acoustique, ce club de jazz a été décoré par des artistes et artisans sénégalais. Mais, pour moi, les meilleurs concerts restent ceux du Théâtre de verdure de l’Institut français (dont mon dernier avant la Covid, avec un Wasis Diop magistral).

 

Sans oublier la scène slam, très active à Dakar, dans le sillage des « Vendredi Slam », un projet initié par Diofel, que j’avais rejoint dès l’origine, en 2009. Nous y avons accueilli Souleymane Diamanka, Grand Corps malade… Beaucoup de collectifs de slameurs sont nés depuis lors, de la banlieue dakaroise à la Casamance.

Le complexe Ousmane Sembène s’efforce de mettre en valeur le cinéma africain, pas seulement les blockbusters

Le cinéma n’est pas en reste. Ces dernières années, les réalisateurs sénégalais ont remporté des prix prestigieux au Fespaco comme au festival de Cannes. À Grand Dakar, le centre culturel Yennenga forme les jeunes aux métiers du septième art, sur une initiative du réalisateur Alain Gomis. Et les salles locales, comme le complexe Ousmane Sembène (près du Magic Land), s’efforcent de mettre en valeur le cinéma africain, pas seulement les blockbusters internationaux.

Actuellement, je finalise Dakar, nid d’artistes (éd. Malika), un livre qui rend hommage aux artistes qui font vibrer notre capitale. À travers une série de promenades, ils évoquent, à leur tour, les lieux fétiches de leur Dakar.