Politique
Jean-Yves Le Drian (c.), son fils Thomas (g.) et l’ex-président malien Ibrahim Boubacar Keïta (d.). © Photomontage : JA

Cet article est issu du dossier

Jean-Yves Le Drian – Business, famille, patrie

Voir tout le sommaire
Politique

Famille, chefs d’État, francs-maçons… Le réseau très VIP de Le Drian, de Paris à Abidjan 

Le ministre de la Défense puis des Affaires étrangères s’est constitué un carnet d’adresses d’exception sur le continent. De la biométrie à l’armement, de Lorient à Bamako, le Breton s’est mis au service d’un business où se mêlent les intérêts nationaux, régionaux et, parfois, familiaux. 

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 23 décembre 2021 à 10:18

Le réseau du ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. © JA

 

Sera-t-il encore ministre des Affaires étrangères dans quelques jours ? Alors que Paris bruisse de rumeurs de remaniement ministériel, après des élections régionales ratées pour la majorité d’Emmanuel Macron, Jean-Yves Le Drian fait encore figure de parrain de l’actuelle équipe gouvernementale. Ministre de la Défense de François Hollande puis patron de la diplomatie sous son successeur, il a su tisser une toile sans pareille, notamment en Afrique et au Moyen-Orient.

D’Abou Dhabi à Bamako en passant par Paris, le « Duc de Bretagne » a fait jouer ses réseaux pour favoriser les entreprises françaises (de préférence bretonnes) et a su user de son influence auprès de chefs d’État qui lui accordaient volontiers sa confiance. Jeune Afrique, qui a publié une enquête en deux épisodes sur l’influence du ministre français et sur les activités de son fils Thomas, s’est penché sur les réseaux Le Drian, de la franc-maçonnerie au secteur privé, en passant par un cercle familial omniprésent.

GRLEDRIANMARIA-02

GRLEDRIANMARIA-02