Politique
Jean-Yves Le Drian (c.), son fils Thomas (g.) et l’ex-président malien Ibrahim Boubacar Keïta (d.).

Cet article est issu du dossier

Jean-Yves Le Drian – Business, famille, patrie

Voir tout le sommaire
Politique

Famille, chefs d’État, francs-maçons… Le réseau très VIP de Le Drian, de Paris à Abidjan 

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 19 octobre 2021 à 15:12

Le réseau du ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. © JA

Le ministre de la Défense puis des Affaires étrangères s’est constitué un carnet d’adresses d’exception sur le continent. De la biométrie à l’armement, de Lorient à Bamako, le Breton s’est mis au service d’un business où se mêlent les intérêts nationaux, régionaux et, parfois, familiaux. 

 

Sera-t-il encore ministre des Affaires étrangères dans quelques jours ? Alors que Paris bruisse de rumeurs de remaniement ministériel, après des élections régionales ratées pour la majorité d’Emmanuel Macron, Jean-Yves Le Drian fait encore figure de parrain de l’actuelle équipe gouvernementale. Ministre de la Défense de François Hollande puis patron de la diplomatie sous son successeur, il a su tisser une toile sans pareille, notamment en Afrique et au Moyen-Orient.

D’Abou Dhabi à Bamako en passant par Paris, le « Duc de Bretagne » a fait jouer ses réseaux pour favoriser les entreprises françaises (de préférence bretonnes) et a su user de son influence auprès de chefs d’État qui lui accordaient volontiers sa confiance. Jeune Afrique, qui a publié une enquête en deux épisodes sur l’influence du ministre français et sur les activités de son fils Thomas, s’est penché sur les réseaux Le Drian, de la franc-maçonnerie au secteur privé, en passant par un cercle familial omniprésent.

GRLEDRIANMARIA-02

• Thomas Le Drian

Son fils, aujourd’hui à la tête de Build-Up, une société de conseil en stratégie des affaires. Officiellement spécialisé dans l’immobilier en France, il exerce aussi des activités plus officieuses en Afrique.

• Maria Vadillo

Son épouse depuis 2006. Conseillère municipale de Lorient puis vice-présidente de la région Bretagne, elle a été franc-maçonne au sein de la Grande loge féminine de France, qui se réunissait alors à Saint-Jacques-de-la-Lande (Ille-et-Vilaine). Lors de certains dîners officiels, il lui arrive de prendre le relais de son époux dans les discussions.

GalaxieJeanYvesLeDrian-03

• Gwendal Rouillard

Le député de Lorient, aujourd’hui membre de La République en marche (LREM), le parti d’Emmanuel Macron, est proche de Le Drian depuis ses débuts en politique. Spécialiste des questions de défense, il est, comme son mentor, très impliqué auprès des industriels. Il n’est pas rare de le croiser dans des salons ou événements au Proche-Orient – il officie au Liban – ou en Afrique, notamment au forum de Dakar sur la sécurité.

• Arnaud Suquet

Passé par le groupe pétrolier Total, les ambassades de France à Khartoum et Addis-Abeba ou encore la division Afrique de l’Union européenne, il est le conseiller Afrique de Jean-Yves Le Drian au Quai d’Orsay depuis juillet 2020. Il travaille aux côtés de Melki Samer, spécialiste de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

• Cédric Lewandowski

Ex-directeur du cabinet civil et militaire du ministre de la Défense, véritable éminence grise de Le Drian auprès des industriels, il est aujourd’hui directeur exécutif du groupe EDF. Comme son ancien patron, il a été initié franc-maçon au sein du Grand Orient. Son entregent africain lui a valu le surnom de « Focardowski », en référence à Jacques Foccart.

• Jean-Claude Mallet

De 2012 à 2019, il fut le conseiller spécial de Jean-Yves Le Drian, après avoir été entre 1998 et 2004 à la tête du secrétariat général de la Défense nationale, puis avoir contribué à la rédaction des programmes de Ségolène Royal et de François Hollande en matière de défense. En 2019, il est parti travailler chez Total en tant que directeur des Affaires publiques. Il y est notamment chargé des questions d’intelligence économique.

• Christophe Salomon

Ancien conseiller au sein du cabinet du ministre de la Défense entre 2012 et 2017, il a été nommé en avril 2020 au poste de directeur général adjoint systèmes terrestres et aériens de l’entreprise Thalès.

GRLEDRIANBRIS-05

Notamment grâce au Club des Trente, un influent lobby breton, Jean-Yves Le Drian garde le contact avec les chefs d’entreprises de sa région. Le ministre  y entretient d’excellents rapports avec le milliardaire Louis Le Duff (Brioche dorée, Del Arte, Bridor), à qui il a décerné la légion d’honneur en 2012, et a pu y croiser Daniel Roullier (Groupe Roullier), Claude Guillemot (Ubisoft) ou encore Bris Rocher.

Ce petit fils d’Yves Rocher, fondateur du groupe de cosmétiques très présent en Afrique, a d’ailleurs vu son directeur de cabinet, Pierre Roussette, recevoir l’insigne de chevalier de la Légion d’honneur en janvier 2020, à Vannes, des mains du ministre des Affaires étrangères.

Vincent Bolloré et François Pinault font également partie du club mais ne sont pas particulièrement proches du ministre. Ce dernier peut également utiliser d’autres relais comme l’Association des cadres bretons, Les Dîners celtiques, l’Institut de Locarn (devenu Kéréden et longtemps dirigé par l’ancien patron de TF1, Patrick Le Lay) ou encore Bretagne commerce international.

Ministre des Affaires étrangères depuis 2017, Jean-Yves Le Drian n’a pas délaissé le secteur de la défense. Le Breton entretient de bonnes relations avec le général François Lecointre, actuel chef d’état-major des armées et qui était déjà chef d’état-major de l’armée de terre lorsque Le Drian occupait l’Hôtel de Brienne (de 2012 à 2017). En revanche, il s’entend peu avec Thierry Burkhard, patron de l’armée de terre et proche de Benoît Puga, chef d’état-major particulier de Nicolas Sarkozy puis de François Hollande, avec qui il n’a jamais eu d’excellentes relations.

Une partie des hauts gradés s’élève en outre contre la diplomatie économico-militaire mis en place lors du précédent quinquennat par Jean-Yves Le Drian, estimant que celle-ci favorise le commerce au détriment de la défense nationale. Du côté du renseignement, Le Drian est plutôt informé par des réseaux liés à la Direction générale de la sécurité intérieure pilotée par Nicolas Lerner. Certes proche des réseaux de centre-gauche, celle-ci est toutefois sous la tutelle du ministère de l’Intérieur de Gérald Darmanin.

Il n’a en revanche pas réussi à conserver une mainmise sur le renseignement de la Défense, en l’occurrence la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et la Direction du renseignement militaire (DRM), dont les directeurs, Bernard Emié et Jean-François Ferlet rendent directement compte à l’Élysée et à Emmanuel Macron.

Jean-Yves Le Drian manie volontiers le tutoiement avec les présidents du continent. Il a particulièrement été proche du défunt Idriss Déby Itno, qu’il a parfois présenté comme son frère africain. Franc-maçon initié au Grand Orient de France (à Lorient, en 1982), le ministre a d’autant plus de facilités à mettre en avant sa fraternité avec les chefs africains que nombre d’entre eux partagent son obédience : Ali Bongo Ondimba, Denis  Sassou Nguesso (DSN) – lequel a initié Idriss Déby Itno et François Bozizé –, Faustin Archange-Touadéra, Faure Essozimna Gnassingbé ou encore Alpha Condé. Les réticences exprimées par les autorités françaises par rapport au troisième mandat du président guinéen en 2020 ont toutefois entraîné une nette dégradation des relations entre les deux hommes.

Certains estiment que Le Drian est parfois trop familier avec les présidents ou joue avec eux un double jeu. L’ancien ministre de la Défense s’entend plutôt bien avec le Sénégalais Macky  Sall, l’Ivoirien Alassane Ouattara – il était, depuis le début, plutôt favorable à son troisième mandat, contrairement à Emmanuel Macron – et Abdel Fatah al-Sissi (l’Égypte est un pays-clé pour l’industrie d’armement française).

Il est également en bons termes avec Denis Sassou Nguesso, même s’il est arrivé au Congolais de se plaindre du « double-langage » du Français au sujet de l’Afrique. Lors d’une visite officielle à Paris en 2019, Jean-Yves Le Drian avait assuré avoir demandé « avec fermeté » à DSN « des actes » au sujet de l’opposant emprisonné Jean-Marie Michel Mokoko. Le président congolais, qui n’avait guère apprécié cette sortie médiatique, en avait été d’autant plus étonné que les deux hommes n’avaient jamais échangé sur le sujet. Il s’en était même ouvert au ministre lui-même, lequel lui aurait répondu que sa sortie n’était faite que pour rassurer l’opinion française et qu’il ne fallait pas s’en inquiéter outre mesure.

Un grief partagé par le socialiste malien Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), qui a été un temps proche de Le Drian, avant que leurs échanges ne se refroidissent. Souvenir de son passage au ministère de la Défense, où il défendait farouchement l’honneur de l’armée française sur le dossier du génocide des Tutsis, le Breton entretient également des relations assez fraîches avec le Rwandais Paul Kagame.