Économie

Mali : pourquoi Canal+ fait l’objet d’une enquête de l’Uemoa

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 02 juillet 2021 à 15h30
David Mignot, directeur général de Canal + Afrique, en juillet 2019 à Paris.

David Mignot, directeur général de Canal + Afrique, en juillet 2019 à Paris. © Vincent Fournier/JA

Serge Dergham, patron de Malivision, a saisi l’institution sous-régionale, qui a ouvert une instruction. Il accuse le groupe français de pratiques anticoncurrentielles… Explications.

Au siège parisien de Canal+, l’équipe Afrique dirigée par David Mignot prend son mal en patience. Ses dirigeants attendent l’installation des nouveaux commissaires de l’Uemoa, nommés en avril, pour donner leur version du différend qui les opposent à Malivision. Le groupe audiovisuel malien commercialise dans ses bouquets plusieurs chaînes éditées par la filiale de Vivendi.

Selon nos informations, son actionnaire, le Malien d’origine libanaise Serge Dergham, accuse le groupe français de pratiques anticoncurrentielles depuis qu’il a reçu mi-janvier une mise en demeure.

Nollywood et BeIN Sports

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer