Politique

Tunisie : un référendum pour renforcer les pouvoirs de Kaïs Saïed

Réservé aux abonnés | | Par - à Tunis
Mis à jour le 02 juillet 2021 à 17h45
Le président tunisien Kaïs Saïed prête serment le 23 octobre 2019 au parlement à Tunis.

Le président tunisien Kaïs Saïed prête serment le 23 octobre 2019 au parlement à Tunis. © FETHI BELAID/AFP

La coalition Soumoud porte l’idée d’une consultation populaire qui consoliderait les pouvoirs du président. Mais les obstacles ne manquent pas. Explications.

Opposée à un accord autorisant un fonds de développement qatari à opérer en Tunisie, la députée et présidente du Parti destourien libre (PDL), Abir Moussi a été violemment agressée dans l’hémicycle, le 30 juin, par l’un de ses homologues, proche des conservateurs radicaux de la coalition d’El Karama.

Cet acte, qui a mis en émoi l’opinion, illustre bien les fractures et la dégradation de l’environnement politique actuel en Tunisie. L’escalade de violence est un argument de plus pour ceux qui appellent à la fin du blocage, dans un pays touché par une sévère crise économique sur fond de pandémie persistante.

Front du référendum

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer