Santé

Coronavirus : 600 millions d’euros pour des vaccins produits en Afrique

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 01 juillet 2021 à 18h40
Vaccination contre le Covid-19 à l’hôpital Central de Yaoundé, le 12 avril 2021

Vaccination contre le Covid-19 à l'hôpital Central de Yaoundé, le 12 avril 2021 © MABOUP

Makhtar Diop, à la tête de IFC, a mobilisé ses ressources pour accélérer la production sur le continent du vaccin contre le Covid-19. Pour cette opération, la filiale du groupe de la Banque mondiale s’est associée au français Proparco, à l’allemand DEG et à l’américain DFC.

Agir pour ne plus revivre les épisodes derniers au cours desquels, certains des pays les plus développés se sont accaparé la totalité de la production de vaccins contre le Covid-19, là où elle était disponible. Et ce, au détriment des pays les plus pauvres, contraints à passer au second plan.

C’est l’un des principaux leitmotivs qui animent le groupe de la Banque mondiale – qui a déjà mobilisé une enveloppe de 12 milliards de dollars spécialement pour les vaccins – et en particulier, sa filiale dédiée au secteur privé. La Société financière internationale (IFC) annonce en effet avoir rassemblé quelque 600 millions d’euros, avec ses partenaires le français Proparco, la banque de développement allemande DEG et l’agence de coopération américaine DFC pour soutenir le sud-africain Aspen Pharmacare, plus grand laboratoire pharmaceutique du continent.

Dans le détail, en tant que chef de file de l’opération, IFC engage 200 millions d’euros en fonds propres. Proparco, filiale de l’Agence française de développement (AFD) dédiée au secteur privé, apporte 156 millions d’euros. L’institution allemande de développement DEG a pour sa part arrangé un apport de 144 millions d’euros. DFC, l’institution américaine de développement fournit de son côté une enveloppe de 100 millions d’euros.

Makhtar Diop est directeur général de IFC, filiale du groupe de la Banque mondiale. Ici lors du Forum Afrique de Bercy, en 2015.

Makhtar Diop est directeur général de IFC, filiale du groupe de la Banque mondiale. Ici lors du Forum Afrique de Bercy, en 2015. © Bruno Levy pour Jeune Afrique

Vaccin « made in Africa »

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer