Politique

Sénégal : tensions à Dakar alors que l’Assemblée adopte une loi controversée sur le terrorisme

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 25 juin 2021 à 22h24
Un manifestant protestant contre la réforme du code pénal se fait arrêter à Dakar, le 25 juin 2021.

Un manifestant protestant contre la réforme du code pénal se fait arrêter à Dakar, le 25 juin 2021. © Leo Correa/AP/SIPA

Les députés sénégalais ont voté, ce vendredi 25 juin, une loi jugée « liberticide » par l’opposition, qui accuse la majorité de vouloir l’utiliser pour réprimer toute contestation à l’encontre de Macky Sall. Pourtant, une grande partie de ces dispositions avaient déjà été votées en 2016.

Au Sénégal, un simple manifestant pourrait-il tomber sous le coup de condamnation pour terrorisme ? C’est l’inquiétude de l’opposition et d’une partie de la société civile, qui s’insurgent contre l’adoption de ce projet de loi par les députés. Le texte a été adopté à 70 voix pour contre 11 contre, sans surprise, l’Assemblée nationale étant largement dominée par la coalition présidentielle. Présenté en commission des lois mardi 22 juin par le ministre de la Justice Malick Sall, le texte a été voté en procédure d’urgence, ce vendredi 25 juin.

Les députés ont adopté la réactualisation de la loi sur le terrorisme et son financement après de longues heures de débat dans un climat de tension, au sein d’une Assemblée nationale sécurisée par un important dispositif policier. Des débordements ont été signalés au cours de la journée dans la capitale, notamment au niveau de l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar et du quartier des Parcelles assainies.

Au moment où les députés étaient réunis à l’Assemblée, un appel au ralliement place de la Nation était lancé. Un mot d’ordre : « Résistons ! »

Dans l’après-midi, plusieurs personnes dont les activistes Guy Marius Sagna (Frapp-France dégage), Aliou Sané (Y’en a marre) et le rappeur Kilifeu ont été arrêtés.

Sur les réseaux sociaux, le mode d’ordre « #FreeSenegal » a essaimé à nouveau : il était devenu le cri de ralliement des Sénégalais se disant lassés des restrictions démocratiques et ulcérés par l’arrestation de l’opposant Ousmane Sonko, en mars dernier.

Manifestants, ou terroristes ?

La levée de boucliers contre le projet de loi a été déclenchée par les dispositions prévues dans l’article 279-1 du code pénal, qui répertorie les crimes considérés comme constituant  des actes de terrorisme, punis de la « réclusion criminelle à perpétuité » lorsqu’ils sont commis avec l’intention de « troubler gravement l’ordre public ou le fonctionnement normal des institutions, de contraindre un gouvernement ou une organisation internationale à accomplir ou à s’abstenir d’accomplir un acte quelconque par la terreur ».

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer