Politique

Tunisie : Kaïs Saïed peut-il établir une démocratie directe ?

Réservé aux abonnés | | Par - à Tunis
Mis à jour le 23 juin 2021 à 17h11
Le président Kaïs Saïed à Tunis, le 18 avril 2021.

Le président Kaïs Saïed à Tunis, le 18 avril 2021. © Hichem

Au sein du palais, le chef de l’État a dévoilé son intention d’instaurer un régime présidentiel en Tunisie. Problème : sa mise en place pose de lourds problèmes de constitutionnalité.

Favori à la campagne présidentielle de 2019, Kaïs Saïed avait franchi le premier et le deuxième tour sans jamais se référer à un programme précis. Sollicité par les médias depuis 2011 en tant que juriste, il n’a jamais caché qu’il considérait la démocratie directe comme son modèle. Une fois candidat, il a assuré qu’il appliquerait les directives souhaitées par le peuple, comme le clamait le slogan de sa campagne : « le peuple veut ».

Depuis son investiture, le locataire de Carthage, dont le silence a entretenu le flou, n’a pourtant pas lancé d’initiative, politique ou législative, étayant un éventuel changement de régime. Ce qui ne l’empêche pas de fustiger régulièrement le système actuel.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer