Société

Frappe américaine en Somalie : où en est la guerre des drones en Afrique ?

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 22 juillet 2021 à 11h09
Un drone Predator de l’armée américaine.

Un drone Predator de l'armée américaine. © AFP/Archives - Massoud Hossaini

Joe Biden, qui critiquait Donald Trump pour son recours massif aux drones, a autorisé une frappe au Soudan. L’utilisation des drones en terrain guerrier serait-elle devenue incontournable ? Entretien avec Erick Sourna Loumtouang, auteur de « La guerre vue du ciel : l’usage des drones en terrain africain ».

Joe Biden a franchi un pas en Afrique de l’Est. Pour la première fois depuis que le démocrate s’est installé à la Maison Blanche, l’armée américain a mené une frappe de drone en Somalie, mardi 20 juillet. Les cibles ? Les forces de Shebab, une filiale d’Al Qaïda en Afrique de l’Est.* Cette frappe questionne la place de ces drones sur les théâtres de guerre.

« Objet violent non identifié ». C’est par ces quatre mots que le philosophe français Grégoire Chamayou, auteur de Théorie du drone, aux éditions La Fabrique, définit cet engin de guerre. À première vue, l’innovation technologique laisse penser que son utilisation réduirait les pertes humaines. Un groupe d’experts des Nations unies a néanmoins mis en lumière un événement inquiétant en Libye datant de mars 2020. Un drone autonome aurait « abattu une cible humaine ». Le problème ? Aucun humain n’est à l’origine de la prise de décision.

L’autonomie de ces bijoux de technologies soulève de nombreuses questions et laisse présager un nouvelle forme de guerre. Explication de Erick Sourna Loumtouang, directeur de recherche au Centre national d’éducation, une institution de recherche relevant du ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation camerounais.

Jeune Afrique : Selon un rapport du groupe d’experts de l’ONU sur la Libye datant du 8 mars 2021, un drone libyen armé aurait « abattu une cible humaine » sans en recevoir l’ordre en mars 2020. Une nouvelle page de l’histoire de la guerre s’ouvre-t-elle ?

Erick Sourna Loumtouang : La situation rapportée par le groupe d’experts de l’ONU sur la Libye réaffirme une tendance dans le domaine de la sécurité depuis la fin de la guerre froide : la robotisation et l’automatisation de la guerre. Cette révolution dans les affaires militaires a vu le surgissement et la prolifération croissante des machines sur les théâtres des conflits armés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer