Économie
Vue d’une usine de taille de diamants dans la capitale du Botswana, Gaborone, le 10 novembre 2006.

Cet article est issu du dossier

Responsabilité sociétale des entreprises : les recettes qui marchent

Voir tout le sommaire
Économie

Du sorgho camerounais dans la Guinness, vraiment ?

Mis à jour le 27 juillet 2021 à 12:06

Guinness © Flickr/Licence CC

Depuis 2018, Guinness Cameroun, filiale du groupe britannique Diageo, a dépensé plus de 13 millions d’euros pour s’approvisionner en céréales.

Les 4 500 producteurs de sorgho du septentrion camerounais peuvent se réjouir de leur collaboration avec Guinness Cameroun. Depuis cinq ans, la filiale du groupe britannique Diageo s’approvisionne intégralement en cette céréale auprès de leurs coopératives – le Conseil régional des organisations paysannes de la partie septentrionale du Cameroun (Cropsec) et la Société coopérative de commercialisation des céréales du nord (Sococcen) –, pour fabriquer la bière de marque Harp Premium. « Elle est brassée avec plus de 75 % de matières locales [sorgho, sucres et éthanol, ndlr] », soutient Andrew Ross, le patron de Guinness Cameroun.

Grâce à ce partenariat avec le deuxième brasseur du pays, leurs revenus annuels s’élèvent en moyenne à 2,8 milliards de francs CFA (4,26 millions d’euros) par an. Depuis 2018, l’entreprise a dépensé 8,7 milliards de francs CFA pour acheter près de 34 000 tonnes de céréales. Le brasseur fournit également aux agriculteurs des semences améliorées et construit des points d’eau. Guinness a de son côté investi plus de 3 milliards de francs CFA pour adapter sa ligne de production.

Maïs et orge à venir

« Il est logique pour notre entreprise d’établir des relations solides avec les fournisseurs locaux, afin de réduire les coûts logistiques, de sécuriser et diversifier notre chaîne d’approvisionnement, d’améliorer le contrôle de la qualité, de réduire notre exposition fiscale et d’être protégé des fluctuations des taux de change qui peuvent affecter considérablement le coût des marchandises », détaille Andrew Ross.

Pour pérenniser ses relations avec les agriculteurs locaux, la filiale de Diageo et les coopératives camerounaises envisagent de prolonger le compagnonnage avec la culture du maïs, intéressant pour sa production d’amidon. Et pourquoi ne pas imaginer, un jour, faire pousser de l’orge au Cameroun…?