Automobile

Automobile : CFAO et ALD Automotive contraints d’innover sur les marchés africains

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 22 juillet 2021 à 17h30
En Afrique de l’Ouest, les entreprises achètent près de 75% des véhicules neufs et ont drastiquement réduit leurs acquisitions en 2020. Ici, CFAO Motors à Dakar.

En Afrique de l'Ouest, les entreprises achètent près de 75% des véhicules neufs et ont drastiquement réduit leurs acquisitions en 2020. Ici, CFAO Motors à Dakar. © Sylvain Cherkaoui pour Jeune Afrique

Du fait de la pandémie et de l’évolution des usages, les entreprises ont revu à la baisse leurs achats de véhicules mais plébiscitent de nouveaux services.

Dérapage incontrôlé. Parmi les secteurs les plus touchés par les effets de la pandémie de Covid-19 sur le continent, la distribution automobile figure en bonne place.

Hors Afrique du Sud, Égypte et Maroc, le marché africain aura plongé de quelque 48 % en 2020, avec seulement 124 989 nouvelles immatriculations, selon l’Organisation internationale des constructeurs automobiles (OICA).

Avec des entreprises fortement contraintes par les restrictions sanitaires, le marché business to business a sombré. À cela s’ajoutent des gouvernements devenus impécunieux qui ont retardé le renouvellement des flottes de leurs administrations. En témoignent les décisions des pouvoirs publics au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Ghana ou au Gabon.

La location en plein boom

Si, à la fin de mai, dans de nombreux pays, la relance était de mise (+ 40 % en Afrique du Sud, + 12 % au Maroc…), les distributeurs accusent encore le coup.

« En Afrique de l’Ouest, le segment des véhicules vendus aux entreprises a été fortement impacté par ce fort recul du marché l’an dernier et jusqu’au début de 2021, car il concentre traditionnellement environ les trois-quarts des ventes de véhicules neufs », commente Marc Hirschfeld, directeur général de CFAO Motors, qui distribue Toyota – une des marques stars sur le continent –, mais aussi Suzuki, Mitsubishi ou Peugeot dans une vingtaine de pays.

Nous connaissions avant la crise une croissance de 7% à 8% sur le LLD. Nous mettons tout en œuvre pour retrouver ce niveau

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer