Économie
Vue d’une usine de taille de diamants dans la capitale du Botswana, Gaborone, le 10 novembre 2006.

Cet article est issu du dossier

Responsabilité sociétale des entreprises : les recettes qui marchent

Voir tout le sommaire
Économie

Cacao : pour Cargill, une responsabilité toute tracée

Par - à Abidjan
Mis à jour le 27 juillet 2021 à 12:07

Le géant américain peut retracer la provenance des fèves grâce à sa plateforme Cocoawise. © Cargill

Associé à une centaine de coopératives, le géant américain certifie les fèves de cacao récoltées et redistribue en moyenne 20 millions de dollars par an aux planteurs de son réseau.

Plus de neuf ans, après le lancement de son initiative dénommée Cargill Cocoa Promise, son programme phare de Responsabilité sociétale des entreprises (RSE), le géant américain du négoce de cacao poursuit ses activités auprès des planteurs.

Cette initiative veut changer la donne sur cinq sujets jugés prioritaires par la firme cacaoyère : l’amélioration des revenus des planteurs avec l’instauration d’une prime, le bien-être des communautés villageoises, la sauvegarde de la forêt, la traçabilité de la production et enfin la bonne coordination au sein de la filière.

Cargill a intégré les femmes productrices dans sa chaîne de valeur afin qu’elles bénéficient du même soutien que les hommes.

L’entreprise a mis en place une communauté de plus d’une centaine de coopératives de paysans, la Coop Academy, dont les exploitations sont répertoriées digitalement et accessibles aux chocolatiers via une plateforme dénommée Cocoawise. Ce système permet de tracer la récolte et prouve ainsi que les fèves n’ont pas été le fruit du travail d’enfants ou produites dans les forêts classées ou protégées.

Pression des lobbies de consommateurs

Comme ses concurrents, Cargill subit la pression, depuis plusieurs années, des lobbies de consommateurs sur l’origine de leurs approvisionnements suspectés d’être l’objet de nombreuses infractions aux lois.

En février dernier, l’ONG International Rights Advocates a porté plainte devant les tribunaux américains contre Cargill, Nestlé et plusieurs autres chocolatiers. L’ONG agissait pour le compte des familles de six enfants enlevés quand ils étaient mineurs pour venir travailler dans les plantations de cacao en Côte d’Ivoire.

Depuis la campagne 2013-2014, Cargill distribue en moyenne 20 millions de dollars de primes aux agriculteurs membres de son réseau. L’entreprise achète environ plus de 400 000 tonnes de fèves par an, dont 250 000 tonnes sont exportées. Cargill souhaitait atteindre 100 % de fèves certifiées, mais l’entreprise stagne entre 55 % et 60 %.