Abidjan, en novembre 2020. © SANOGO/AFP

Cet article est issu du dossier

Côte d’Ivoire : le monde d’après

Voir tout le sommaire
Économie

Délestages : pourquoi la Côte d’Ivoire a manqué de jus

À partir du mois d’avril, le pays a été soumis à des coupures d’électricité. « Jeune Afrique » analyse les causes et les enjeux de cette situation qui a duré jusqu’au début du mois d’août. 

Réservé aux abonnés
Par - à Abidjan
Mis à jour le 10 août 2021 à 13:21

La Côte d’Ivoire a subi des délestages depuis le mois d’avril 2021. © DOM pour JA

  • Des barrages à sec

Produisant environ 35 % de la production d’électricité, les barrages sont à sec en raison d’une période de sécheresse prolongée. La Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE), qui détient le contrat de distribution, est accusée d’avoir mal géré le niveau des eaux des retenues dont elle a aussi la charge.

À Lire Côte d’Ivoire : les délestages électriques, un « coût » dur pour les entreprises
  • Azito pointée du doigt

Avec ses 460 MW, la centrale thermique d’Azito, propriété du britannique Globeleq, représente environ 20 % des capacités de production installées dans le pays. Elle a connu depuis novembre une série de pannes. Actuellement, une de ses turbines est en réparation, tandis que la construction d’une nouvelle unité de production a pris du retard en raison de la crise du Covid-19.

  • Des ressources en gaz insuffisantes