Dossier

Cet article est issu du dossier «Laurent Gbagbo : l'heure du retour»

Voir tout le sommaire
Politique

Retour de Laurent Gbagbo : pour ses partisans, l’espoir d’une « fête » et d’une « vraie réconciliation »

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 17 juin 2021 à 09h18
Manifestation des partisans de Laurent Gbagbo dans le village de Mama, le 13 juin 2021.

Manifestation des partisans de Laurent Gbagbo dans le village de Mama, le 13 juin 2021. © SIA KAMBOU/AFP

L’ancien président rentre aujourd’hui en Côte d’Ivoire, dix ans après son arrestation et trois mois après son acquittement par la CPI. Un retour attendu avec enthousiasme par ses partisans, mais avec appréhension par certains Abidjanais.

« Tout a été vendu ». Au quartier général du Front populaire ivoirien (FPI) branche « Gbagbo ou rien » (« GOR »), les pagnes à l’effigie de l’ancien président ivoirien sont en rupture de stock. « Nous n’en aurons pas d’autres avant son retour», avertit le jeune vendeur, convaincu qu’ils s’arracheront à nouveau dès que la production reprendra. Reste des tee-shirt aux couleurs flashy et des casquettes, tous floqués du visage de leur « patron », qu’ils attendent avec une impatience fiévreuse, trois mois après son acquittement définitif par la Cour pénale internationale (CPI).

Le jour de ce retour « historique » est arrivé. L’avion de la Brussels Airlines dans lequel se trouve Laurent Gbagbo doit atterrir ce jeudi, à 15h45 heure locale (GMT), sur le tarmac de l’aéroport Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, dix ans après son transfèrement au pénitencier de Scheveningen à La Haye, où il a été jugé par la CPI pour guerre et crimes contre l’humanité commis pendant la crise post-électorale de 2010-2011.

« Éviter les provocations »

« Nous voulons que la Côte d’Ivoire soit en fête », martèlent depuis plusieurs semaines les caciques du FPI-GOR, qui ont distillé au compte-goutte des informations sur le format de cette arrivée discutée « en partenariat » avec le gouvernement depuis le mois de janvier. Ils comptent sur un accueil « visible », partout dans le pays. « Visible » et non plus triomphal, comme annoncé un temps. À Abidjan, « tout le monde n’est pas obligé de converger vers l’aéroport, chacun peut manifester sa joie chez lui », a précisé dernièrement le porte-parole de Laurent Gbagbo, Justin Katinan Koné.

Un pro-Gbagbo pose à côté d’un portrait de l’ancien président ivoirien, au siège du FPI, le 17 juin 2021.

Un pro-Gbagbo pose à côté d’un portrait de l’ancien président ivoirien, au siège du FPI, le 17 juin 2021. © REUTERS/Luc Gnago

Je serai là en chair et en os, même si je dois marcher jusqu’à l’aéroport

Le FPI-GOR a aussi exhorté ses militants et sympathisants à « éviter les provocations et à ne pas répondre aux injures ». Pas question que des bagarres ou des mouvements de foule ne viennent gâcher la fête et le message de réconciliation et de paix associé à ce retour.

À l’aéroport, il sera accueilli par ses proches au pavillon présidentiel. Le gouvernement a indiqué pour sa part qu’il ne comptait pas envoyer de représentant. Laurent Gbagbo « est un citoyen comme un autre », a argué Amadou Coulibaly, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, à l’issue du conseil des ministres, ce mercredi.

L’ancien président se rendra ensuite dans l’ancien QG du parti, à Attoban, pour s’adresser à ses supporters et aux cadres de son parti. Le tracé de son itinéraire a été dévoilé hier en milieu de journée. Laurent Gbagbo fera un tour conséquent d’Abidjan avant son arrivée sur place.

« Comme si on était à Noël »

« Ses partisans rêvent de le revoir. Si je peux, j’irai à sa rencontre », assure Madi, un cadre de santé de Treichville, « bien heureux » du retour de l’ancien président « qui a beaucoup marqué la jeunesse ivoirienne ».  Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire, c’est l’assurance, espère-il, d’une  « vraie réconciliation, pas du bout des lèvres ». « Je serai là en chair et en os, même si je dois marcher jusqu’à l’aéroport », garantit un de ses amis, comme beaucoup de supporters rencontrés ces derniers jours, dont certains seront sur place très tôt.

Dans son maquis de Yopougon, « la rassembleuse » – qui ne souhaite pas donner son prénom – s’attend à une grande fête dans son établissement. « Il y aura beaucoup de monde ici. On sent la fête comme si on était à Noël », s’enthousiasme la tenancière. Signe selon elle de la forte mobilisation à venir et de l’envie de célébrer la journée : le prix des Lékés, ces chaussures très à la mode dans le pays, et celui des pagnes et des tailleurs ont augmenté depuis quelques semaines, les vendeurs profitant d’une forte demande. « Des parents de Dabou et de Gagnoa sont déjà là, ils ont eu peur de ne pas trouver de transport le jour de l’arrivée », confie-t-elle.

Dans le quartier, certains ont fait des réserves de riz, d’huile, sait-on jamais

Crainte de nouveaux troubles

Mais il y a aussi ceux, plus silencieux mais nombreux, qui s’inquiètent des conséquences que pourrait avoir ce retour. Estelle* vit aussi à Yopougon, dans un de ses sous-quartiers très pauvres. Elle se souvient des cadavres dans les rues pendant la crise post-électorale, des jours de faim et de sa peur face aux armes brandies sous son nez et celui de son fils. Le retour de l’ancien président lui fait craindre de nouveaux troubles politiques. Elle prie chaque jour « pour la paix et la réconciliation ». Dans le quartier, dit-elle, certains ont fait des réserves : du riz, de l’huile, sait-on jamais.

Le secrétaire général du FPI-GOR a tenu à rassurer les Ivoiriens inquiets : l’accueil se fera « dans la joie ». Il a invité ceux qui fêteront ce retour à « dire à tous ceux qui manifestent pour dire qu’ils ne sont pas contents » que « l’essentiel, c’est de se retrouver pour reconstruire un pays en paix, un pays de fraternité, comme le dit notre hymne national ».

Dans les prochains jours, Laurent Gbagbo devrait se rendre à Mama afin de se recueillir sur la tombe de sa mère. Il est aussi attendu dans son fief de Gagnoa.

*Le prénom a été modifié

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer