Archives

Reclassements postélectoraux

Après les récentes législatives (aux mois de juin et d’août), la mise en place, le 4 septembre, du nouveau bureau de l’Assemblée nationale semble indiquer que des changements sont en cours au Congo-Brazzaville. Actuel ministre de l’Administration du territoire et cacique du régime, François Ibovi se retrouve ainsi premier vice-président de l’Assemblée. S’agit-il d’une sanction pour les graves dysfonctionnements constatés lors du dernier scrutin ? Les avis sont partagés. Mais il est probable qu’Ibovi s’attendait à ce changement d’affectation, même si le Parti congolais du travail (PCT), la formation au pouvoir, s’est plutôt bien sorti des législatives (46 députés, plus 42 alliés).
Le plus heureux dans l’affaire est sans nul doute Justin Koumba (60 ans), le nouveau président de l’Assemblée – un homme du Sud, conformément à la tradition. Ancien ministre de l’Éducation nationale et ancien président du Conseil national de transition, ce docteur en économie dirigeait en dernier lieu une institution fantôme, la Commission nationale des droits de l’homme. En juin, à la veille des législatives, il avait sabordé son parti, l’Alliance pour le Congo (APC), pour se présenter sous les couleurs du PCT.
Jean-Pierre Thystère-Tchicaya, le précédent président de l’Assemblée, pourtant membre de la majorité présidentielle, avait, par son franc-parler, causé certains soucis au parti au pouvoir. Il était notamment favorable à la création d’une commission électorale indépendante – et ne s’en cachait pas. Considéré comme un fidèle de Denis Sassou Nguesso, Koumba est sans nul doute plus sûr.
L’élection de Claudine Munari comme deuxième secrétaire du bureau de l’Assemblée n’est pas non plus passée inaperçue. Directrice de cabinet de l’ancien président Pascal Lissouba, elle avait regagné le Congo après l’ouverture décidée par Sassou, au début de la décennie. Élue députée en 2002, elle avait rompu avec ses amis de l’Union panafricaine pour la démocratie et le progrès social (Upads). Réélue cette année, elle se réclame désormais de la majorité présidentielle.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte