Industrie

À Adetikope, le Togo s’imagine un futur industriel

Réservé aux abonnés | | Par - Envoyé spécial à Lomé
Mis à jour le 07 juin 2021 à 20h44
Faure Gnassingbè lors de l’inauguration de  la plateforme industrielle d’Adetikope, le 6 juin 2021.

Faure Gnassingbè lors de l'inauguration de la plateforme industrielle d’Adetikope, le 6 juin 2021. © Emmanuel Pita/ROT

Forte de son emplacement stratégique sur l’axe Lomé-Ouagadougou, la plateforme sortie de terre en moins d’un an doit désormais convaincre une masse critique d’entrepreneurs et industriels.

Pour rejoindre le canton d’Adetikope (prononcer « adétikôpè »), où le président Faure Gnassingbè a inauguré le 6 juin la « première plateforme industrielle du Togo », il faut d’abord réussir à s’extirper de la capitale, de ses trapézistes de la route à moto et de ses feux tricolores à l’ivoirienne, c’est-à-dire optionnels.

Prendre ensuite la direction nord, sur la route nationale 1 dite Lomé-Cinkassé (près des frontières du Burkina et du Ghana), passer l’université nationale, puis l’ambassade des États-Unis et son drapeau bleu, blanc cassé et ocre, la retranchée délégation de l’Union européenne, enfin les austères enclos de l’État-major général des armées et continuer encore une bonne dizaine de kilomètres.

Plus de 300 invités ont fait le déplacement pour cette rencontre – « un événement historique » selon la formule du ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Consommation locale, Kodjo Adedze – qui s’est achevée sur un spectacle de drones aux couleurs du Togo.

Harouna Kaboré, le ministre burkinabè du Commerce représentant le président Roch Marc Christian Kaboré, Ade Ayeyemi, DG du groupe bancaire panafricain Ecobank, ou encore Thierry Déau, patron du fonds d’investissement Meridiam et partenaire de la branche terminaux portuaires d’Arise, étaient ainsi de la partie.

Un bref moment de gloire

Adetikope, village fondé au XIXe siècle par un chef local, Assimadi Wodenou, et dont un descendant (Togbi Assimadi Yawovi Wodenou II) était encore en décembre dernier chef du canton qui en tire son nom, apparaît dans les archives coloniales en 1951, lorsque les rapporteurs français notent avec dépit qu’un puits foré dans le secteur n’a fourni qu’une eau « très saumâtre ».

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer