Dossier

Cet article est issu du dossier «Le grand tournant de Tshisekedi»

Voir tout le sommaire
Entreprises & marchés

RDC : Tatiana Nguya met l’accent sur la formation

Réservé aux abonnés | | Par
Tatiana Nguya, membre fondatrice du Congrès international congolais (CIC) et directrice de Kwetu Business Corporate.

Tatiana Nguya, membre fondatrice du Congrès international congolais (CIC) et directrice de Kwetu Business Corporate. © MAL_ELINATOR

Chef d’entreprise engagée, la patronne de Kwetu Business Corporate mise sur le capital humain tout en encouragent les jeunes à descendre dans l’arène politique.

 Qu’on la rencontre en tant que chef d’entreprise, activiste sociale ou défenseure des droits des femmeselle n’a pas besoin de hausser le ton pour se faire entendre. Dotée d’une grande facilité d’expression et d’un sens de la persuasion hors pair, Tatiana Nguya a ce petit quelque chose d’indéfinissable qui la différencie des autres et lui confère une autorité naturelle.

Elle met cette qualité au service de la formation des jeunes, dont elle veut faciliter linsertion sur le marché de l’emploi, mais aussi au service des femmes, à travers la lutte qu’elle mène contre les violences sexuelles, en particulier dans l’est du pays. 

Cofondatrice du Congrès international congolais

Née à Kinshasa d’une mère chirurgien-dentiste et d’un père ingénieur textile, Tatiana Nguya est elle-même ingénieure (diplômée de l’Institut supérieur d’informatique, programmation et analyse de Kinshasa). À 33 ans, elle dirige Kwetu Business Corporate, basée à Lubumbashi (Haut-Katanga).

L’entreprise, qu’elle a créée en 2018, est est active dans le secteur du bâtiment. Elle a également développé une branche sous-traitance, qui assure de la main-d’œuvre qualifiée dans différents secteurs. 

En 2010, Tatiana Nguya a cofondé le Congrès international congolais (CIC), dont elle coordonne la section Entrepreneuriat. L’ONG compte 500 adhérents, âgés de 18 à 35 ans. Elle a pour vocation de sensibiliser les jeunes aux questions relatives à la gestion de la chose publique. « Nous les encourageons à descendre dans l’arène politique où sont prises les décisions qui affectent la société », explique Tatiana Nguya. 

Lire les autres articles du dossier

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer