Le chef de l’État congolais à Addis-Abeba (ici en 2020), au siège de l’Union africaine, dont il assure la présidence depuis le 6 février 2021, pour un an.

Cet article est issu du dossier

Le grand tournant de Tshisekedi

Voir tout le sommaire
Économie

RDC : Bénédicte Mundele réussit le pari de la transformation agricole

Avec son bar à jus Surprise tropicale, la jeune entrepreneure s’efforce de convertir les Kinois à la consommation de fruits et de légumes locaux et de saison.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 14 juin 2021 à 10:26

Bénédicte Mundele, directrice générale de Surprise tropicale.

Après avoir fait ses « humanités » (enseignement secondaire) en section hôtellerie au lycée technique et professionnel de Kimbondo, à Kinshasa, puis des études en communication à l’université catholique du Congo, Bénédicte Mundele Kuvuna se lance dans la fabrication de jus de fruits, de chips et autres produits transformés du terroir, avec pour but de promouvoir l’agriculture locale, en même temps qu’une alimentation saine.

En 2014, lauréate du prix Anzisha, décerné par l’African Leadership Academy (ALA) et la Mastercard Foundationelle remporte 2 500 dollars et bénéficie d’une formation sur l’entrepreneuriat organisée par l’ALA, à Johannesburg. Son succès, très médiatisé, capte l’attention des responsables du programme Food Innovation de l’université de Modène et de Reggio dÉmilie (Unimore), qui lui proposent de faire un master professionnelC’est ainsi qu’elle va se perfectionner en Italie, en 2015. 

Élargir la clientèle

À son retour, Bénédicte Mundele crée Surprise tropicale. D’abord centrée sur la commercialisation de fruits et légumes, l’entreprise passe ensuite à la transformation pour résoudre ce que sfondatrice appelle « le paradoxe alimentaire » : « En RDC, des fruits et des légumes sont gaspillés alors que des gens en manquent»

Jus et salades de fruits, smoothies, etc., dans son bar à jus, situé à Gombe, dans le centre de Kinshasa, Surprise tropicale propose toute une gamme de produits, à consommer sur place ou à emporter. Ananas, pastèques, fruits de la passion, mangues, oranges, citrons… Ils sont tous de saison et locaux, venant principalement du Kongo-Central et du Kwilu, deux provinces voisines de la capitale 

Prochaine étape élargir la clientèle. Ce qui suppose de maîtriser l’approvisionnement et de diversifier les lieux de vente, en ouvrant des kiosques dans les supermarchés et de nouveaux bars à jus dans la ville. Et Bénédicte Mundele en est convaincue « Avec le temps, on parviendra à persuader les Kinois de consommer plus de fruits transformés et d’abandonner les sucrés”. »