Société

[Tribune] Covid-19 : Taïwan, partenaire stratégique de l’Afrique

Mis à jour le 8 juin 2021 à 09:36
Chi-Chih Shin

Par Chi-Chih Shin

Directeur général du Bureau de Taïwan à Aix-en-Provence

Taiwan Root Medical Peace Corps au Liberia.

Concerné par la pandémie de Covid dès l’apparition des premiers cas en Chine, Taïwan a su déployer une stratégie efficace et fait déjà profiter de nombreux pays africains de ses compétences en matière médicale et sanitaire.

À ce jour, le Covid-19 a contaminé plus de 171 millions de personnes et causé plus de 3,5 millions de décès dans le monde, engendrant d’énormes pertes et représentant une réelle menace pour la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies. Cette crise nous montre à quel point les nouvelles maladies infectieuses, propagées par l’aviation et autres transports internationaux, peuvent menacer la santé, le bien-être et l’économie de l’humanité entière.

Avec la Chine à proximité, Taïwan et ses 23 millions d’habitants auraient dû subir cette pandémie de plein fouet. Cependant, fort de l’expérience acquise dans sa lutte contre le SRAS en 2003, le gouvernement taïwanais a vite pris au sérieux les signes avant-coureurs et, démêlant le vrai du faux, pu se faire une idée générale du Covid-19, bien plus grave que ne le suggérait alors la perception publique.

Grâce à un système de santé solide, une stratégie rigoureuse de tests, la transparence de l’information et un partenariat public-privé robuste, la réponse apportée par Taïwan face au virus a été l’une des plus réussies au monde. Malgré une recrudescence des cas en mai 2021, Taïwan compte à ce jour environ 10 000 cas confirmés et moins de 200 décès.

Solidarité avec l’Afrique

Bien que tous les pays aient été durement touchés par la crise, son impact a été plus brutal encore sur les communautés vulnérables ou à risques, comme celles n’ayant pas accès aux soins de qualité ou dépourvues de moyens face aux conséquences négatives des mesures anti-pandémiques.

En tant que membre responsable de la communauté internationale, Taïwan a maintes fois démontré sa solidarité avec les pays d’Afrique, en proposant via visioconférence son savoir-faire et envoyant des dons de matériel sanitaire (masques, thermomètres, tests PCR, appareils respiratoires et autres équipements de protection).

En mai 2020, par exemple, une délégation taïwanaise a été invitée en Eswatini dans le but d’y transmettre son savoir-faire en matière de soins, de fonctionnement interne des hôpitaux et du traitement de cas graves. Taïwan a également aidé ce pays allié à établir deux chaînes de production de masques, qui devraient lui permettre dorénavant de produire ses propres équipements.

Le personnel médical taïwanais stationné au Burkina Faso traite environ 14 000 patients chaque année

Toujours en Eswatini mais aussi au Somaliland, partenaire de Taïwan, un don important d’équipement de protection individuelle a été annoncé le 20 février dernier par notre ministère des Affaires étrangères. Facilité par ledit ministère en collaboration avec la Hsinchu TSMC Charity Foundation (affiliée à TSMC, célèbre fabriquant de semiconducteurs) et le groupe Medtecs, ce don comprend 150 000 masques médicaux, 11 000 blouses, 7 000 combinaisons et 1 500 combinaisons de protection, etc.

Autre exemple, le personnel médical taïwanais stationné au Burkina Faso traite environ 14 000 patients chaque année. Il fait partie des 100 équipes médicales mobiles envoyées depuis 2006 dans plus de 20 pays d’Afrique, mais aussi d’Amérique Centrale et du Sud, d’Asie du Sud-Est et du Pacifique, au profit de plus de 150 000 personnes. À cela s’ajoutent de nombreuses cliniques gratuites, gérées par des groupes caritatifs taïwanais privés dans le monde entier.

Enfin, parmi les ODD des Nations unies figurent l’éradication du VIH/sida, de la tuberculose, du paludisme, des maladies tropicales négligées et des hépatites d’ici à 2030, ainsi que la réduction des décès prématurés dus aux maladies non transmissibles. Taïwan contribue à ces objectifs via plus de 50 programmes de lutte contre le sida, la tuberculose, le paludisme, la grippe aviaire, Ebola, le MERS, le zika, la dengue, le cancer du sein et l’insuffisance rénale dans plus de 20 pays, en Afrique et ailleurs.

250 000 dollars de dons

À l’occasion d’une visioconférence de haut niveau sur le virus Ebola organisée par les États-Unis, le Bureau régional d’Afrique de l’OMS, le Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies ainsi que les gouvernements de République démocratique du Congo et de Guinée, le ministère taïwanais des Affaires étrangères a annoncé le 27 mars dernier un don de 250 000 dollars pour la lutte contre ce fléau en Afrique.

Comme le stipulent les ODD des Nations unies pour 2030, personne ne doit être laissé de côté

L’ensemble de ces exemples prouve que Taïwan, fort de sa propre expérience et de son savoir-faire, est prêt à jouer un rôle important dans les systèmes de prévention et de lutte globaux contre les maladies infectieuses émergentes. Permettre à Taïwan de travailler avec le reste du monde, c’est lui donner la possibilité de contribuer de manière significative à la chaîne internationale d’approvisionnement contre le Covid-19, ainsi qu’aux plateformes de diagnostic, de vaccins et de thérapies.

Aussi nous demandons formellement à l’OMS et toutes les parties concernées de reconnaître la constante contribution de Taïwan à la communauté internationale dans les domaines de santé publique, de prévention des maladies, du droit humain à la santé et d’inclure Taïwan à l’OMS, à ses réunions, ses mécanismes et activités.

Taïwan travaille et continuera de travailler avec le reste du monde pour faire en sorte que chacun jouisse du droit fondamental à la santé, tel que préconisé par la Constitution de l’OMS. Comme le stipulent les ODD des Nations unies pour 2030, personne ne doit être laissé de côté.