Archives

Vend sportifs prêts à l’emploi

| Écrit par Faouzi Mahjoub

Dans le football et l’athlétisme, de plus en plus de fédérations riches compensent leur manque de performances en achetant des champions du Sud : ils leur fournissent un nouveau passeport et un pont d’or.

Mardi 26 août, les Championnats du monde d’athlétisme de Paris enflamment le Stade de France. Au menu du jour, la finale du 400 mètres hommes et, surtout, celle du 3 000 mètres steeple, une épreuve sur laquelle règnent les coureurs kényans, depuis les jeux Olympiques de Mexico en 1968. Ils sont sept Africains à prendre le départ d’une course qui s’emballe à 1 000 mètres de l’arrivée. Deux athlètes fluets, à la peau sombre, sont en tête, côte à côte. Le premier, porteur du dossard 800, accélère un demi-tour avant l’arrivée ; le deuxième, porteur du dossard 1121, réplique avant de s’échapper après la dernière haie pour franchir la ligne d’arrivée en tête.
Le numéro 800, Ezekei Kemboi, qui doit se contenter de la médaille d’argent, est kényan. « C’est une victoire kényane, proclame-t-il. Stephen [le vainqueur] est né au Kenya et y vit depuis toujours. » Pas si simple : le numéro 1121 s’appelait bien trois semaines auparavant Stephen Cherono, né il y a vingt ans à Iten, un village accroché aux pentes du Rift, un Kényan jusqu’au bout des pointes. Il s’appelle désormais Saif Saïd Shaheen et possède un passeport… qatari.
Conseillé par leur agent britannique, Ricky Simms, Stephen Cherono et son compatriote Albert Chepkurui, un spécialiste du 5 000 mètres courant depuis le 15 août sous le nom d’Ahmad Hassan Abdullah, ont tout deux été l’objet d’un transfert commercial négocié entre les fédérations qatarie et kényane. En échange de leur naturalisation, le Qatar s’est engagé à construire une piste d’athlétisme à Eldoret, le site d’entraînement préféré des athlètes kényans. Les deux recrues disposeront d’une rente à vie de 1 000 dollars par mois et toucheront de conséquentes primes de résultat (1 million de dollars à Cherono pour sa victoire à Saint-Denis).
Au Stade de France, et toujours lors de la finale du 3 000 mètres steeple, le Qatar a aligné un second coureur, Khamis Abdullah Saifeldine, d’origine soudanaise. « Nous avons respecté les règles de la Fédération internationale d’athlétisme, se défend Dahlan al-Hamad, président de la fédération qatarie et secrétaire aux affaires militaires auprès de l’émir Cheikh Hamad bin Khalifa al-Thani. Nous ne cherchons à piller personne. Nous ne manquons pas d’argent, et, si des athlètes ont envie de prendre notre nationalité, ils sont plus que bienvenus. »
Touché de plein fouet par la mondialisation, le sport a inventé une nouvelle discipline : le transfert de citoyenneté. Les changements d’allégeance nationale sont devenus fréquents et concernent particulièrement l’athlétisme et le football. Ils n’épargnent aucun continent. Aux jeux Olympiques de Sydney, en 2000, la délégation française, forte de 341 personnes, comptait une quinzaine de naturalisés, dont deux des anciennes « locomotives » de l’athlétisme sénégalais, le sauteur en longueur Cheikh Touré et le spécialiste du 400 mètres Ibrahima Wade, ainsi que l’heptathlonienne sierra-léonaise Eunice Barber. L’Australie, le Canada et les États-Unis ont eux aussi distribué des passeports à quantité de sportifs étrangers ces dernières années. Plus récemment, le Français Roger Lemerre, responsable de l’équipe de Tunisie, a annoncé que l’attaquant du Football Club Sochaux-Montbéliard (Ligue A), le Brésilien Francileudo Dos Santos Lima (24 ans) qui avait, de 1998 à 2000, évolué à l’Étoile sportive du Sahel de Sousse, avait donné son accord pour porter le maillot de la sélection… tunisienne. Il n’attend plus que l’obtention de son passeport. Il retrouvera son compatriote l’international José Clayton, naturalisé tunisien depuis la Coupe du monde 1998 et actuellement sociétaire à l’Espérance de Tunis, et pourra disputer la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations 2004.
William Mugeyi, l’ex-capitaine de l’équipe zimbabwéenne de football, et son frère jumeau Wilfred ont opté, dès leur transfert au club sud-africain Umtata Bush Bucks en 2001, pour la citoyenneté de leur équipe. Ils ne sont pas les seuls. Des footballeurs angolais, mozambicains et congolais ont effectué la même démarche. À Malte, la vedette de l’équipe nationale de foot s’appelle Chuks Kaejtan Nwoko, un Nigérian de 25 ans naturalisé en février 1998.
Le recours aux sportifs naturalisés est un sujet de préoccupation pour les organisations internationales. « Je le déplore, déclare Lamine Diack, président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), même si je comprends que l’absence de politiques nationales de soutien et de promotion sociale de l’élite conduise de plus en plus d’athlètes à faire ce choix. Je le déplore encore plus quand certains grands pays, malgré le nombre et la diversité de leur population, y trouvent le moyen le plus facile de conquérir des médailles aux jeux Olympiques et aux Championnats du monde. […] Nous étudierons en 2005, au congrès d’Helsinki, les mesures à prendre devant la multiplication des cas de changement de nationalité. »
De son côté, Joseph Blatter, le président de la FIFA, regrette la « babélisation du football ». S’il constate que son sport est « aujourd’hui largement en avance sur le thème de la liberté de mouvement des personnes », il s’élève contre « la dérégulation sauvage » du marché du muscle et souhaite « ramener un peu de bon sens dans un football qui a perdu ses repères et préserver l’équilibre entre l’identité nationale et la diversité planétaire qui fait sa richesse ».
Certains pays sont partis en croisade contre l’exil de leurs champions. Ainsi, à la veille des jeux de Sydney, en août 2000, Cuba avait refusé à cinq de ses anciens athlètes de participer aux Jeux sous d’autres couleurs, tout comme le Maroc vis-à-vis de trois coureurs de fond devenus français. « Acheter des athlètes, s’était à l’époque offusqué le ministre cubain des Affaires étrangères Felipe Perez Roque, est leur faire offense ainsi qu’au pays qui les a vu naître. »
Au Forum mondial du sport, organisé au pied du Stade de France à l’occasion des mondiaux d’athlétisme, les débats ont dénoncé les effets de la mondialisation. « Le sport n’est pas une marchandise, mais une culture avec de la marchandise, s’est insurgé Dunga, capitaine de l’équipe brésilienne de football victorieuse de la Coupe du monde 1994. La place prise par l’argent l’éloigne de sa fonction d’inclusion. » Pour Jean-François Nys, maître de conférences à l’université de Limoges et spécialiste de l’économie du sport, il s’agit « d’un échange inégal, caractéristique d’une logique du sous-développement. Les pays pauvres exportent de la matière brute, en l’occurrence de jeunes sportifs. » Et d’ajouter que « le sport est aujourd’hui confronté à une triple mondialisation. Celle des images, celle du marché des équipements et celle des acteurs, qui n’appartiennent plus à aucune nation puisqu’un pays riche peut constituer une équipe sans le moindre représentant national. » L’Algérien Zoubir Boukhari, ancien coureur de 400 mètres, dénonce le transfert commercial de Stephen Cherono. « Actuellement, s’indigne-t-il, le Sud se fait souffler des athlètes déjà formés pour une misère par les clubs les plus riches. C’est un trafic humain qui ne dit pas son nom. Les retours sur la « vente » de champions au bénéfice des associations nationales sont dérisoires et insignifiants par rapport à leurs besoins de développement. À l’intérieur des grandes organisations internationales, des logiques de domination du Nord sur le Sud sont à l’oeuvre. De plus, le petit monde des fédérations est soumis à la volonté des bailleurs de fonds, notamment les équipementiers. » Les sponsors et les marchands du spectacle sportif, pourrait-il ajouter.
Après la suppression des quotas, consécutive aux arrêts Bosman et Malaja et à l’application des accords de Cotonou signés par l’Union européenne avec 77 pays Afrique-Caraïbes-Pacifique (voir J.A.I n° 2212), la valse des passeports a brisé les dernières frontières du monde sportif et étendu comme jamais la libre circulation des athlètes. Cette « babélisation du sport » est un phénomène incontournable. S’indigner de ses effets est légitime, mais il y a urgence, surtout pour les pays du Sud, à y répondre par une triple régulation, selon Jean-François Nys : « Quelle place dans le sport pour les fédérations sportives, souvent reléguées au rang d’acteur marginal ? Quelle place pour les pouvoirs publics ? Quelle place pour les entreprises ? » Les VIIIes jeux Africains d’Abuja (du 4 au 18 octobre) auraient été pour l’Afrique l’occasion au moins d’en débattre. Mais nos décideurs sportifs ont d’autres priorités.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte