Politique

Tensions entre le Tchad et la Centrafrique sur fond de bras de fer France-Russie

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 02 juin 2021 à 11h36
Une patrouille des FACA,  le 14 mars 2021 à Bangui (illustration).

Une patrouille des FACA, le 14 mars 2021 à Bangui (illustration). © DR / état-major des Forces armées centrafricaines

Six soldats tchadiens ont été tués par des soldats centrafricains, dont cinq froidement « exécutés », selon les autorités tchadiennes. Faustin-Archange Touadéra a envoyé trois de ses ministres à N’Djamena pour tenter d’apaiser les tensions. Un bras de fer qui se joue sur fond de tensions entre Paris et Moscou.

Tout a commencé le 30 mai, lorsque, dans leur opération de « ratissage contre les rebelles » de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), des éléments des forces armées centrafricaines, appuyées par des forces russes, ont « détecté », selon l’armée, un « mouvement armé suspect » vers Bang, une commune proche de la frontière avec le Tchad. Signalée par un drone de reconnaissance russe, la position sera attaquée par les militaires centrafricains. « Il s’agissait de rebelles qui ont opéré sur le sol centrafricain et qui, dans leur fuite, voulaient se replier vers le Tchad », affirme à Jeune Afrique une source militaire tchadienne.

Les soldats centrafricains et russes poursuivent ces « rebelles » en territoires tchadiens, où les combats continuent. Mais cette fois, des militaires tchadiens sont impliqués dans les échanges de tirs. Les combats sont âpres, et violents. Le bilan est lourd : un soldat tchadien a été tué lors des échanges de tirs. Cinq autres, faits prisonniers, sont froidement « exécutés », dénonce N’Djamena.

« Le Tchad tient le gouvernement centrafricain entièrement responsable des conséquences de cette agression caractérisée que rien ne justifie au moment où les deux pays cherchent à mutualiser leurs efforts pour relever les défis sécuritaires communs », peut-on lire dans un communiqué signé du ministre tchadien des Affaires étrangères, Chérif Mahamat Zene, et daté du 31 mai.

Sous l’égide des Russes

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer