Mines

Côte d’Ivoire : un nouveau code minier favorable aux investisseurs

La Côte d'Ivoire vise un objectif de production de 25 tonnes d'or en 2015 contre 12 tonnes extraites en 2013. © Avion Gold

Les législateurs ivoiriens ont approuvé un code minier très attendu alors que le pays d'Afrique de l'Ouest espère attirer davantage d'investisseurs et cherche à doubler la production d'or chaque année à partir de l'année prochaine.

La Côte d’Ivoire, premier exportateur de cacao au monde, cherche à attirer les investissements dans le secteur aurifère, longtemps négligé, dans le cadre d’une stratégie visant à diversifier l’économie ivoirienne de l’agriculture et à reconstruire son économie après une décennie de troubles politiques. C’est dans ce contexte que les législateurs ivoiriens ont approuvé un nouveau code minier, attendu depuis l’installation au pouvoir de l’administration Ouattara.

La Côte d’Ivoire a fixé des objectifs ambitieux pour l’exploitation minière, qui représente pour l’instant à peine 1 % du produit intérieur brut (PIB) par rapport à 30 % pour l’agriculture. Elle vise un objectif de production de 25 tonnes d’or en 2015 contre 12 tonnes extraites en 2013. Le nouveau code prolonge la période de maintien des permis de sept à dix ans, avec la possibilité de la prolonger par deux nouveaux permis. Il précise également que les futures zones de permis seraient réduites à 400 kilomètres carrés contre 1 000 auparavant.

Lire aussi :

Côte d’Ivoire : Endeavour vise une production de 3 tonnes d’or à Agbaou
Côte d’Ivoire : Toungara perd les mines
Tongon, la pépite ivoirienne de Randgold
Côte d’Ivoire : des recettes en or massif

Pas de taxe sur les bénéfices exceptionnels

Point crucial pour les investisseurs, le code adopté par le Parlement mardi 4 mars ne contient pas une taxe controversée sur les bénéfices exceptionnels, proposée par l’ancien ministre des Mines Adama Toungara. Ce dernier a été remplacé depuis l’été dernier par Jean-Claude Brou, Adama Toungara gardant le portefeuille du pétrole.

Nouho Koné, président de l’association minière GPMC, cité par Reuters, s’est félicité de cette nouvelle loi : « Ce code minier a fait un grand pas en avant, le rendant plus attractif ». Une autre source chez GPMC affirme que les discussions se poursuivraient entre les cadres de l’industrie et le gouvernement sur les futurs taux d’imposition, mais que le sujet d’une taxe exceptionnelle n’était pas en jeu.

La Côte d’Ivoire plus attractive que ses voisins

Christoph Wille, consultant chez Control Risks explique que, même si les objectifs du gouvernement pour la production d’or sont probablement trop optimistes, le pays est attractif par rapport à d’autres producteurs de la région comme le Mali, le Ghana et le Burkina Faso en raison de ses bonnes infrastructures : « La Côte d’Ivoire est vraiment sous-exploitée par rapport à ses voisins parce que sa production a débuté peu avant la crise », a-t-il ajouté.

Le minier panafricain Randgold Resources et Endeavour Mining, une société basée aux caïmans, sont présents dans le pays. En plus de l’or, la Côte d’Ivoire pourrait avoir de grandes réserves de fer, de nickel et de bauxite.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte