Politique

Israël : qui est le nouveau patron du Mossad, David Barnea ?

Réservé aux abonnés | | Par
Benyamin Netanyahou (au centre), avec le nouveau patron du Mossad David Barnea (à gauche) et son prédécesseur Yossi Cohen (à droite).

Benyamin Netanyahou (au centre), avec le nouveau patron du Mossad David Barnea (à gauche) et son prédécesseur Yossi Cohen (à droite). © Amos Ben Gershon

Après plusieurs mois d’attente, Benyamin Netanyahou a finalement annoncé la nomination du nouveau chef des services secrets de l’État hébreu. Une nomination qui sonne comme une mise en garde contre l’Iran.

Le 24 mai, Benjamin Netanyahou a levé le voile sur l’identité du nouveau chef du Mossad. Il s’agit de David Barnea, 56 ans, membres des services secrets de l’État hébreu depuis 1996.

David Barnea, dont la famille a émigré vers la Galilée pour fuir l’Allemagne nazie, naît le 29 mars 1965 à Ashkelon et grandit à Rishon LeZion, quatrième ville du pays, au sud de Tel-Aviv. Il suit les traces de son père, lieutenant-colonel de l’armée de l’air ayant fait ses armes lors de la guerre israélo-arabe de 1948, et se dirige vers une carrière militaire.

Il s’installe à l’internat militaire de Tel Aviv, duquel il sort diplômé en 1983. La même année, il rejoint les rangs de l’armée israélienne et y sert en tant que patrouilleur de l’état-major général, au sein d’une unité d’élite.

Mais le jeune soldat pose les armes et part pour les États-Unis en 1989. Il y étudie au New York Institute of Technology avant d’intégrer la Pace University, où il parvient à décrocher un diplôme d’administration des finances. Quand il rentre en Israël au début des années 1990, il intègre le département commercial de la Banque d’investissement israélienne.

Lutter contre l’influence de l’Iran

Alors qu’il semblait promis à un avenir prospère dans le secteur économique, il rejoint le Mossad en 1996 et sert au sein du groupe d’opération Tzomet. Par la suite, il commande différentes unités d’opération en Israël, mais aussi à l’étranger. Après avoir travaillé en Europe, il revient en Israël en 2007, où il occupe différents postes au sein du quartier général du Mossad. Il prend la tête en 2013 du groupe Tzomet, où il a fait ses armes. Sous sa direction, la division reçoit quatre Prix israélien de la Sécurité.

C’est en 2019 que David Barnea se rapproche de la direction Mossad. Cette année-là, il devient le bras droit de celui qui dirige les services secrets depuis 2016, Yossi Cohen, et accède à la deuxième place de l’organe.

C’est lors d’une cérémonie au cours de laquelle il a mis en garde l’Iran que Netanyahou a annoncé la nomination de Barnea

Mais son poste d’influence au sein du Mossad n’est pas le seul élément qui explique sa nomination. Alors que Benyamin Netanyahou a précisé qu’il sera chargé « d’empêcher l’Iran d’acquérir les armes nucléaires », l’homme est caractérisé par la presse israélienne comme un spécialiste dans le recrutement d’agents chargés de lutter contre l’influence de l’Iran et du Hezbollah libanais. Geste symbolique : c’est lors d’une cérémonie au cours de laquelle il a mis en garde l’Iran que Benyamin Netanyahou a annoncé la nomination de David Barnea à la tête des services de renseignements extérieurs d’Israël.

Une nomination attendue

La nomination de Barnea n’est pas une surprise. En décembre 2020 déjà, le cabinet du Premier ministre israélien avait annoncé avoir choisi un certain « D, directeur-adjoint ». Alors que le pays est enlisé dans une crise politique, les élections législatives successives n’aboutissant pas à la formation d’un gouvernement stable, l’annonce de l’identité du nouveau visage du Mossad a pris du retard.

En Israël, en période électorale, le gouvernement n’a pas les mêmes droits, notamment concernant la nomination de hauts fonctionnaires. Le procureur général, Avichai Mandelblit, a finalement accepté la nomination de David Barnea le 24 mai.

Lors de la cérémonie, son ancien supérieur Yossi Cohen lui a souhaité « tout le succès possible à ce poste, et [s’est dit] convaincu que le nouveau directeur du Mossad fera de grandes choses et continuera à conduire le Mossad vers des succès opérationnels et des réalisations significatives ».

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer