Diplomatie

Bazoum, Gnassingbé, Akufo-Addo : l’Afrique de l’Ouest à l’honneur à Bruxelles

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Nana Akufo-Addo (Ghana), Mohamed Bazoum (Niger) et Faure Gnassingbé (Togo).

Nana Akufo-Addo (Ghana), Mohamed Bazoum (Niger) et Faure Gnassingbé (Togo). © © Montage JA : Francis Kokoroko ; Vincent FOURNIER/JA ; Présidence Togolaise

Présents à Paris pour le sommet sur la relance des économies africaines, Mohamed Bazoum, Faure Gnassingbé et Nana Akufo-Addo ont poursuivi leur visite en Europe par une étape à Bruxelles. « Jeune Afrique » déroule le programme européen des présidents ouest-africains.

Comme souvent, plusieurs chefs d’État africains ont profité de leur passage à Paris, où ils ont assisté au sommet sur la relance des économies africaines, pour faire un détour par Bruxelles, notamment au siège de l’Union européenne (UE) et du Conseil européen. Le Nigérien Mohamed Bazoum y a ainsi retrouvé Charles Michel, le président du Conseil, en fin d’après-midi du 19 mai, afin d’évoquer les dossiers de la sécurité et du développement au Sahel, ainsi que celui, déjà central à Paris, de l’annulation de la dette africaine.

Mohamed Bazoum a aussi échangé avec Josep Borrell, le Haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité. Il était accompagné de ses ministres des Affaires étrangères, Hassoumi Massaoudou, des Finances, Ahmat Jidoud, et de son directeur de cabinet Ibrahim Sani Abani (par ailleurs ancien secrétaire exécutif de la Communauté des États sahélo-sahariens, CEN-SAD).

Selon nos informations, le président nigérien, qui a aussi rencontré une vingtaine de parlementaires européens, a enchaîné les rendez-vous le 20 mai avec Jutta Urpilainen, commissaire aux partenariats internationaux, et Janez Lenarcic, son homologue aux affaires humanitaires.

Faure Gnassingbé et Nana Akufo-Addo également à Bruxelles

En marge des célébrations du cinquantenaire des relations belgo-nigériennes, organisé également le 20 mai, Mohamed Bazoum a également reçu la ministre belge des Affaires étrangères, Sophie Wilmès, de la Défense, Ludivine Dedonder, de la Coopération, Meryame Kitir, ainsi que le député et ministre d’État, André Flahaut, par ailleurs président honoraire du parlement fédéral belge et très actif sur le terrain diplomatique africain.

Le 19 mai, le président nigérien et sa délégation s’étaient rendus en visite au Luxembourg à l’invitation du Grand duc Henri de Luxembourg pour signer un nouveau Programme indicatif de coopération entre les deux pays.

À Bruxelles, Mohamed Bazoum a pu croiser un autre chef d’État ouest-africain : Faure Gnassingbé. Venu également de Paris, le président togolais s’est entretenu avec son homologue du Niger le 20 mai. Selon nos informations, les deux hommes ont notamment abordé la question de la situation au Tchad, Mohamed Bazoum ayant été désigné par le G5 Sahel, en compagnie du Mauritanien Mohamed Ould Ghazouani, pour suivre le dossier de la transition à N’Djamena.

Faure Gnassingbé s’est aussi entretenu avec Charles Michel et Jutta Urpilainen, avec qui il a souhaité faire un point sur le nouvel accord politique adopté en 2020 entre l’UE et l’Organisation des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique – lequel avait été en partie négocié par le ministre togolais des Affaires étrangères, Robert Dussey.

Également présent à Bruxelles après son passage en France, le Ghanéen Nana Akufo-Addo a lui aussi rencontré par le président du Conseil européen, avec lequel il a abordé une nouvelle fois les questions de la dette africaine, de la vaccination contre le Covid-19 en Afrique, mais aussi de la sécurité au Sahel, en sa qualité d’actuel président de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao).

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer