Politique

Cameroun : les dessous de la brouille entre Kamto et Ekoka

Réservé aux abonnés | | Par - à Yaoundé
Maurice Kamto, le 5 octobre 2019, à Yaoundé.

Maurice Kamto, le 5 octobre 2019, à Yaoundé. © AFP

La polémique sur la gestion d’une collecte de fonds contre le Covid-19 initiée par l’opposant Maurice Kamto et pilotée par Christian Penda Ekoka avait levé le voile sur les dissensions entre les deux alliés. En réalité, celles-ci couvaient depuis plusieurs mois.

L’écho des propos de Christian Penda Ekoka continue de raisonner dans le landerneau politique camerounais. Face caméra dans une vidéo diffusée sur sa page Facebook et tournée le 1er mai depuis sa résidence, l’économiste n’y est pas allé par quatre chemins pour relancer les interrogations sur les finances de l’opération humanitaire Survie Cameroun, destinée à lutter contre le Covid-19 et dont l’opposant Maurice Kamto, à l’initiative, lui avait confié la gestion. « Un bug informatique, vous y croyez ? Est-ce que les gestionnaires de la plateforme [de collecte] y croient ?», a-t-il interrogé, au lendemain de la présentation d’un rapport d’audit commandé par Maurice Kamto pour éclaircir les zones d’ombres et tenter d’éteindre la polémique.

À l’origine de l’affaire : un différentiel de plus de 300 000 euros un temps observé entre le montant affiché sur la plateforme de collecte des dons et celui réellement enregistré dans le compte bancaire du projet.

Les équipes de Christian Penda Ekoka avaient alors soupçonné des membres de l’équipe de Kamto d’être derrière cet écart. Une hypothèse qu’un premier audit, commandé par Ekoka en novembre 2020, n’avait pu établir. Face à la polémique, Maurice Kamto avait de son côté mandaté un contre audit et sollicité trois cabinets, qui avaient affirmé qu’un « bug informatique » provenant d’un convertisseur de devises était en réalité à l’origine de l’écart temporaire.

Mariage de circonstance

En lançant cette pique le 1er mai, Christian Penda Ekoka a de nouveau affirmé qu’il ne croyait pas à cette conclusion, et semble avoir ainsi scellé la rupture avec son allié. Car si les déclarations de l’économiste ont jeté l’opprobre sur la volonté de transparence affichée par Maurice Kamto, elles visaient aussi à dénoncer l’implication dans cette affaire de cadres du parti de l’opposant, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC). Il n’en fallait pas plus pour que les partisans de l’opposant montent au créneau, et que le débat autour de Survie Cameroun se transforme en pugilat entre pro-Kamto et pro-Ekoka.

Entre l’opposant et l’ancien conseiller de Paul Biya, l’idylle politique, née un certain 21 septembre 2018 en marge de la présidentielle camerounaise, semble désormais bien loin. Les deux hommes étaient pourtant devenus inséparables depuis cette date : meetings à travers le pays lors de la campagne électorale à la prison, interminables conciliabules organisés dans le cadre du « plan de résistance pacifique » pour contester le résultat de la présidentielle… « Penda Ekoka a été au cœur de la stratégie de Maurice Kamto, rappelle un proche de l’ancien conseiller de Paul Biya. Ils travaillaient ensemble dans une relation fraternelle. C’est lui qui rédigeait tous les documents. »

C’est donc sans surprise que le 3 avril 2020, lorsque Maurice Kamto annonce le lancement de l’initiative Survie Cameroun, il en confie les rennes à Christian Penda Ekoka. Le 7 avril, ce dernier accepte, dans une communication publique, « de présider le comité de gestion » de l’initiative. Ekoka pioche alors des bénévoles aussi bien dans son association « Agir » qu’au sein du MRC. Ces derniers se déploient rapidement et travaillent en harmonie. Seul hic, l’initiative n’étant pas une association légalisée, le comité de gestion ne peut pas ouvrir un compte bancaire. Un accord est conclu avec la branche Europe du MRC pour l’ouverture d’un sous-compte afin d’accueillir les contributions.

Dissensions et affronts

Tout semble alors parfait. Seulement, la relation entre Maurice Kamto et Penda Ekoka est diversement appréciée selon que l’on soit dans le camp de l’un ou de l’autre. Pour les militants et sympathisants du premier, on penche pour un rapport vertical. Lorsque les membres du comité de parrainage se plaignent de ne pas être associés aux travaux par un Ekoka qui affiche sa souveraineté, Maurice Kamto est appelé en arbitrage.

Le 30 septembre 2020, c’est encore le leader du MRC qui est informé en premier qu’un différentiel de près de 300 000 euros a été constaté entre le montant affiché sur la jauge de collecte et celui réellement enregistré dans le sous-compte de Survie. « C’est Maurice Kamto qui a initié ce projet. C’est lui qui a mobilisé la générosité publique, donc c’est à lui seul qu’on rend compte », affirme l’un de ses sympathisants.

Penda Ekoka n’est pas militant du MRC, il n’est pas sous les ordres de Maurice Kamto

Penda Ekoka n’a pas la même vision des choses. Pour lui et ses équipes, la collaboration avec Kamto dans le cadre de Survie est la suite logique d’un partenariat d’égal à égal. « Penda Ekoka n’est pas militant du MRC, il n’est pas sous les ordres de Maurice Kamto, c’est un allié. Aujourd’hui, on parle de nomination à la tête de cette collecte de fonds, mais c’est un abus », confie un de ses proches.

Penda Ekoka percevra par ailleurs comme un affront d’avoir été informé du différentiel de 300 000 euros trois jours après Maurice Kamto, et près d’un mois après que les équipes techniques l’aient constaté. L’offense de trop viendra d’avoir dû attendre près de trois semaines, en octobre 2020, avant de pouvoir accéder au sous-compte bancaire de Survie afin de lancer un audit devant établir l’origine de l’écart des fonds constaté.

Le divorce est alors amorcé. Fin janvier, Penda Ekoka demande à Maurice Kamto de « procéder à une réorganisation du MRC ». Des cadres du parti bondissent et dénoncent ce qu’ils considèrent être « une ingérence flagrante ». « Ce qu’on attend de Penda Ekoka, c’est la publication du rapport détaillé de sa gestion de 817 000 euros perçus lors de la collecte. Il n’a pas à donner des recommandations au président du MRC », tonne un conseiller de Kamto. Penda Ekoka assure de son côté avoir « tourné » la page de l’opération Survie, en même temps, vraisemblablement, que celle de son alliance avec Kamto.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer