Politique économique

Au-delà de l’africapitalisme

| Par
Né en 1963 à Jos au Nigeria, Tony Elumelu a fait fortune dans la banque.

Né en 1963 à Jos au Nigeria, Tony Elumelu a fait fortune dans la banque. © Harold Daniels/Forbes Africa

Les conditions semblent de plus en plus favorables à l’émergence d’un secteur privé capable d’accélérer la transformation du continent. Mais pour cela, les PME doivent devenir la priorité.

C’est indéniable, l’essor du secteur privé est un véritable moteur pour la croissance, la création d’emplois, et constitue de fait un facteur essentiel dans la réduction de la pauvreté. Mais alors que le continent affiche une progression constante de son PIB depuis plus d’une décennie, une question s’impose : que pèse vraiment son secteur privé ?

Selon la Banque africaine de développement (BAD), les entreprises privées représentent environ 70 % du PIB du continent. Si ce chiffre correspond à peu près à la moyenne observée dans d’autres régions émergentes, il cache cependant une autre réalité : dans de nombreux pays (notamment ceux à faibles revenus), il est porté par une poignée de grandes entreprises. Le secteur privé africain est avant tout constitué de micro-entreprises de moins de vingt employés (67 %), dont « la contribution à la production totale reste limitée », ajoute la BAD.

Lire aussi :

Ces milliardaires qui croient en l’Afrique
Qui est Tony Elumelu, le banquier philanthrope ?

Une nouvelle génération de chefs d’entreprise

Cependant, la donne évolue. « Une nouvelle génération de chefs d’entreprise émerge. Leurs groupes investissent, construisent et croissent […] », écrivaient fin novembre, dans une tribune publiée par la chaîne américaine CNN, Carlos Lopes, le secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (Uneca), et Tony Elumelu.

À la tête de Heirs Holding, l’homme d’affaires nigérian prône l’ »africapitalisme ». Le concept, qui reçoit un écho favorable, préconise de donner la priorité aux secteurs productifs (comme l’énergie ou l’agriculture), avec une stratégie d’investissement à long terme. Elumelu estime – avec Lopes – que « les chefs d’entreprise doivent comprendre que les gains à court terme ne contribuent que peu ou pas du tout à une croissance durable ».

Mais pour voir naître des champions nationaux et régionaux, capables de mettre en pratique cette politique, « la question des PME doit être prioritaire », souligne Hischam El-Agamy, le directeur exécutif de l’IMD. D’après lui, l’état d’esprit nécessaire à leur développement manque encore. Ces entreprises « devraient être sacrées ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte