Politique économique

Soudan : pourquoi et comment Emmanuel Macron a « annulé » 5 milliards de dollars de dette

Réservé aux abonnés | | Par , et
Mis à jour le 18 mai 2021 à 21h54
Emmanuel Macron, président de la République française, à l’Élysée, le 16 novembre 2020.

Emmanuel Macron, président de la République française, à l'Élysée, le 16 novembre 2020. © Francois Grivelet pour Jeune Afrique

La France est le deuxième créancier de Khartoum. Si en majorité ces dettes sont dues à des pénalités de retard, le choix de Paris s’inscrit aussi dans un complexe effort diplomatique et économique. Le décryptage de Jeune Afrique.

Abdallah Hamdok, le Premier ministre soudanais, est reparti comblé de la « Conférence internationale d’appui à la transition soudanaise » réunie le 17 mai à Paris. Non seulement, l’ancien diplomate et haut fonctionnaire a obtenu de la France un prêt relais de 1,5 milliard de dollars, mais Emmanuel Macron, le président français, a annoncé l’annulation prochaine de près de 5 milliards de dollars de créances françaises sur le Soudan.

Le chef de l’État français a rappelé que cette Conférence, qu’il avait promise il y a dix-huit mois, était destinée à « mobiliser la communauté internationale » afin de « permettre le retour parmi le concert des nations » d’un pays dont la jeunesse avait « envoyé un message d’espoir et de courage » en renversant en 2019 le régime dictatorial d’Omar el-Béchir.

Avancer au plus vite

En décembre 2020, le retrait du Soudan de la liste américaine des pays soutenant le terrorisme et la fin des sanctions qui en résultait a autorisé une accélération de la reconstruction du pays. Mais il fallait « avancer au plus vite pour débarrasser le Soudan de sa dette extérieure », a déclaré Emmanuel Macron.

Le rapprochement avec l’Égypte de Sissi explique aussi le geste de Paris

Au préalable, deux conditions devaient être réunies : le règlement des arriérés à l’égard du Fonds monétaire international (FMI), de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement (BAD) et la mise en œuvre de réformes. « Ces deux conditions sont remplies », a estimé le président français.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer