Agroalimentaire

Gabon : accord de 2,3 milliards de dollars avec le Maroc pour la production d’engrais

Le roi Mohammed VI, reçu par le président gabonais Ali Bongo Ondimba, s'est rendu au Gabon du 6 au 8 mars. © Présidence du Gabon/Facebook

Le Gabon et le Maroc ont conclu des accords de partenariat pour la production d'engrais phosphatés. Ce projet prévoit la construction de deux complexes industriels pour un investissement de l'ordre de 2,3 milliards de dollars.

Le Maroc et le Gabon ont conclu un partenariat industriel visant à intégrer les ressources naturelles du Maroc (phosphate) et celles du Gabon (gaz), pour la production d’engrais phosphatés. L’accord signé durant la visite de trois jours qu’a effectuée le roi Mohammed VI au Gabon, du 6 au 8 mars, prévoit la construction de deux complexes industriels dans les deux pays.

Transformation

Le Gabon verra ainsi la construction d’une unité de production d’ammoniac à partir de gaz naturel ainsi que d’une unité industrielle devant assurer sa transformation en engrais, dans le centre pétrolier de Port Gentil. Au Maroc seront installées « deux unités de production d’acide phosphorique à partir du phosphate marocain et une unité de production d’engrais phosphatés ». L’accord prévoit également l’échange de technologie entre les deux pays.

Lire aussi :

Les petits exploitants au coeur de la révolution verte en Afrique

Afrique : l’utilisation des engrais reste minimale

Agrobusiness : un potentiel à transformer

Ces deux complexes intégrés nécessiteront près de 2,3 milliards de dollars d’investissements. Selon Moulay Hafid Alamy, le ministre marocain du Commerce, cité par l’agence Reuters, « la capacité de production du projet devrait atteindre 2 millions de tonnes d’engrais par an d’ici à 2018, entièrement destinés aux marchés subsahariens. » Ce projet devrait entraîner la création de 5 000 emplois dans les deux pays, a-t-il également indiqué.

Focus africain

Selon une note publiée par le groupe marocain OCP, numéro un mondial des phosphates, « les engrais produits seront commercialisés et acheminés depuis le Maroc et le Gabon, à travers des corridors régionaux » et devraient couvrir « au moins 30% de la demande totale du continent ».

Pour le Gabon, ce projet pourrait compenser la décision prise en avril dernier par le groupe singapourien Olam de réduire sa participation dans Gabon Fertilizer Company (GFC), son projet de développement d’une usine d’engrais dans le pays.

Par ailleurs, ce nouveau partenariat confirme l’offensive africaine d’OCP. En effet, il intervient quelques semaines après l’annonce par le groupe marocain de la mise en place d’ici à fin 2014 d’une usine de production d’engrais basée à Jorf Lasfar (Maroc) exclusivement dédiée au marché africain.

Cette dernière, d’une capacité d’un million de tonnes d’engrais, sera construite moyennant un investissement de 600 millions de dollars et devrait être opérationnelle dans quelque mois, avant fin 2014.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte