Économie

Ghana : l’exploitation du gaz de Jubilee se précise

Par
Mis à jour le 11 mars 2014 à 14:15

Le Ghana pourrait démarrer l’exploitation des réserves de gaz du champ de Jubilee à partir de septembre 2014, a indiqué à « Reuters » Alex Mould, directeur général de la Ghana National Petroleum Corporation

L’exploitation des réserves de gaz du méga-gisement d’hydrocarbures de Jubilee, au large des côtes ghanéennes, devrait démarrer au troisième trimestre 2014, si l’on en croit Alex Mould, le directeur général par intérim de Ghana National Petroleum Corporation, la société nationale pétrolière du Ghana.

La construction de l’unité de traitement du gaz de ce site, d’un coût estimé à 750 millions de dollars, qui aurait dû être terminée en 2013, sera finalement achevée cette année. « Le volet technique [de ces travaux de construction] devrait être terminé à la fin de ce mois, a indiqué Alex Mould à Reuters. La mise en service de l’unité devrait quant à elle prendre jusqu’à trois mois. Nous pensons donc que le traitement du gaz devrait démarrer au cours du troisième trimestre ».

Lire aussi :

Côte d’Ivoire – Ghana : vers la fin du conflit frontalier ?
Ghana : Tullow, pour quelques milliards de plus…
Ghana : les perspectives pétrolières s’améliorent

Difficultés techniques et financières

Le Ghana a commencé dès la fin de 2010 la production commerciale du pétrole brut du champ Jubilee, dont les réserves sont estimées à 1,2 milliard de barils. En revanche, l’exploitation des réserves de gaz du site, estimées à 1 400 milliards de pieds cubes, a été retardée en raison notamment de « difficultés techniques et financières », indique sans plus de précision l’agence de presse. Au point même de ralentir la production de pétrole du site, a expliqué la junior pétrolière Tullow, qui détient une participation de 35,5% dans le champ Jubilee.

À terme, l’unité de traitement du gaz pourra produire jusqu’à 150 millions de pieds cubes de gaz par jour, destinés essentiellement à l’alimentation d’une centrale électrique, a dévoilé Alex Mould à Reuters.