Politique

Tunisie : ce que Kaïs Saïed va dire au sommet de Paris sur les économies africaines

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 13 mai 2021 à 17:29

Kaïs Saïed et Emmanuel Macron à l’Élysée, le 22 juin 2020.

Le chef de l’État tunisien est attendu en France les 17 et 18 mai. Il devrait s’entretenir avec son homologue français, Emmanuel Macron.

Le 18 mai, Kaïs Saïed prendra part, aux côtés d’autres chefs d’État et de représentants d’institutions internationales, au sommet sur le financement des économies africaines.

La dette publique tunisienne ayant atteint 91,8 milliards de dinars en 2020 (environ 27,6 milliards d’euros) selon la Banque centrale de Tunisie, un soutien sous forme de prêt à taux préférentiel est espéré afin de relever l’économie. Un programme de relance post-coronavirus, préparé par le gouvernement tunisien, ferait d’ailleurs l’objet de pourparlers avec les bailleurs. Selon nos sources à Carthage, le président compte interpeller les participants au sommet sur la « dette odieuse ».

Mobilisation civile

Pour Kaïs Saïed, celle-ci recouvre tout ce dont la Tunisie a bénéficié à ce jour mais qui aurait été mal réparti et largement détourné – en 2011, la dette extérieure était de 44 % du PIB, elle était passée à 102 % du PIB en 2020. Il estime que le peuple n’a pas été consulté au sujet de ces levées de fonds auprès des bailleurs internationaux. Un argumentaire qui complète son discours sur la lutte contre la corruption.

Toujours selon des sources proches du Palais, cette intervention ne sera qu’une étape et le président semble décidé à lancer une offensive populaire dans les prochaines semaines. Il pourrait appeler les Tunisiens à la mobilisation civile contre le système.

Matériel anti-coronavirus

À Paris, où il devrait être accompagné de son ministre des Affaires étrangères, Othman Jerandi, Kaïs Saïed devrait également s’entretenir avec son homologue Emmanuel Macron. Le président français devrait lui proposer davantage de matériel à oxygène, ainsi que des vaccins, dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

Le troisième Haut Conseil de coopération entre les deux pays, censé se tenir en mars à Djerba, en Tunisie, n’a finalement pas pu être organisé du fait du contexte sanitaire. Il est reporté au 3 juin.