Diplomatie

Afrique-France : dans les coulisses du sommet de Montpellier 

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Emmanuel Macron, le 1er mai 2021.

Emmanuel Macron, le 1er mai 2021. © Jacques Witt/SIPA

Initialement prévu à Bordeaux en juin 2020, mais totalement repensé en raison de la crise du Covid-19, ce sommet se tiendra du 8 au 10 juillet. Emmanuel Macron y accueillera de nouvelles figures africaines et non des chefs d’État. Voici les premiers détails du programme.

Emmanuel Macron, qui recevra plusieurs de ses pairs africains le 18 mai pour un sommet sur les économies du continent à Paris, a souhaité faire de cet événement une vitrine des nouvelles relations qu’il entend faire émerger entre la France et l’Afrique. Aucun président du continent, donc, mais environ 1 000 civils seront présents à Montpellier, issus de tous les pays et de milieux variés : entreprenariat, culture, sport, enseignement supérieur et recherche…

Grande conférence sur l’entreprenariat

« Ce seront des participants non-institutionnels. L’idée n’est pas de faire un sommet des opposants, mais de convier des personnes qui portent les relations que nous souhaitons nouer », explique une source élyséenne. Peu de personnalités sont attendues, un des objectifs étant de faire émerger de nouvelles figures. Des représentants des diasporas africaines en France, sur lesquels Macron entend davantage s’appuyer, seront également présents.

Si l’organisation de ce sommet reste encore largement dépendante de l’évolution de la situation sanitaire, plusieurs évènements en lien avec des thématiques soulevées par le président français dans son discours à Ouagadougou, en 2017, seront organisés à travers la ville pendant trois jours.

Le 8 juillet, une grande conférence sur l’entreprenariat et l’initiative Choose Africa sera organisé au Corum, le palais des Congrès de Montpellier. Des ateliers mêlant entrepreneurs africains et français y auront notamment lieu. D’autres rendez-vous sont prévus, par exemple à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et au Cirad. De nombreux lieux culturels de la ville ont aussi planifié des évènements en lien avec l’Afrique dans le cadre d’un village ponctuel et d’une programmation spécifique s’étalant de juin à novembre.

Débats avec Achille Mbembe

Le maire Michaël Delafosse et la métropole sont très engagés dans ce projet. Un chargé de mission a été recruté en février en la personne d’Alexandre Magat, qui s’est occupé du dossier pendant deux ans au sein du comité bordelais. Depuis le départ à la retraite, mi-avril, d’Elisabeth Barbier, la secrétaire générale de ce sommet, l’évènement est piloté par Marie Audouard, conseillère Afrique adjointe à l’Élysée, et par une équipe au Quai d’Orsay.

L’écrivain camerounais Achille Mbembe a aussi été chargé, avec un comité d’intellectuels qu’il a mis en place, de réfléchir en amont aux relations entre l’Afrique et la France. Une série de débats consacrés à ce sujet seront organisés d’ici là dans une douzaine de pays du continent avec le soutien de leurs ambassades de France.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer