Économie

Start-up : Mopepe Solutions, des taxis « verts » pour Kinshasa

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 22 juin 2021 à 10:26

Une voiture électrique « zéro émission » de Mopepe Solutions, devant une borne de recharge. © DR

Avec ses véhicules électriques, la jeune entreprise espère rapidement révolutionner les transports urbains en RDC et contribuer à améliorer la qualité de l’air dans la mégapole.

« On pense souvent à tort qu’on respire un air de meilleure qualité en Afrique qu’en Europe. Ce n’est pas nécessairement vrai. L’indice de pollution à Kinshasa est très élevé, l’air est très chargé en particules fines », affirme Yacine Fylla, le fondateur et directeur général de Mopepe Solutions (mopepe signifiant « air », en lingala)

Il a choisi de miser sur lélectrique, dans une ville où la pollution due au trafic routier est associée à nombreux cas de graves maladies respiratoires.  

Opérationnelle depuis le mois de mars 2021, la start-up Mopepe Solutions exploite dix voitures dans la capitale (des Nissan Leaf, de fabrication japonaise, et des Renault Zoe, de marque française) et entend décupler son parc au cours du second semestre de cette année. Ses taxis ont une autonomie qui peut aller jusqu’à 700 kilomètres.

Partenariat avec Vodacom Congo et Rawbank  

L’entreprise déjà installé dans la capitale une dizaine de bornes de recharge fonctionnant à l’énergie solaire et vise, à terme, une centaine de points supplémentaires. Les automobilistes roulant en véhicule électrique, certes peu nombreux, peuvent souscrire un abonnement de 100 dollars (environ 80 euros) par mois pour recharger leurs batteries aux bornes de la société. 

Pour le moment, les clients de Mopepe Solutions sont plutôt des entreprises et des particuliers dotés d’un certain pouvoir d’achat, qui peuvent commander leur taxi « zéro émission » par téléphone ou par l’application téléchargeable sur smartphone. L’opérateur Vodacom Congo (RDC) et Rawbank se sont impliqués dans la mise en œuvre du projeten investissant chacun une centaine de milliers de dollars. 

Yassine Fylla, fondateur et directeur général de Mopepe Solutions.

Yassine Fylla, fondateur et directeur général de Mopepe Solutions. © Yacine Fylla, DG entreprise Mopepe © DR

« J’ai eu l’idée de créer cette entreprise après avoir constaté, lors de mes vacances au Congo, qu’il n’y avait pas des moyens de transport écoresponsables et adaptés aux besoins de touristes, de la diaspora et de la classe moyenne émergente », explique Yacine Fylla – qui est né et a grandi à Paris

Douala après Kin, Kolwezi et Lubumbashi

Les taxis de Kinshasa sont, pour la plupart, de petits véhicules peints en jaune, dépourvus de compteurs ; ils peuvent prendre jusqu’à quatre passagers en même temps et le prix de leur course est à la portée de presque toutes les bourses. Les taxis individuels coûtent beaucoup plus cher : ltarif minimum du transport, qui se négocie de gré à gré entre le chauffeur et le client, avoisine les 10 dollars. Ucoût exorbitant pour une grande partie de la population. 

Après des études en management et communication à l’université de North Carolina (États-Unis), Yacine Fylla a pris le parti d’entreprendre dans un environnement qui dissuade bien des investisseurs potentiels. Pourtant, il se sent prêt à relever le défi.

Après trois mois d’exercice, la tournure de son projet semble lui donner raison. À 31 ans, l’ancien basketteur espère étendre les activités de Mopepe Solutions dans les provinces du sud-est du pays, en particulier à Kolwezi et à Lubumbashi,  se concentrent des sociétés minières et leurs sous-traitants. Il s’attaquera ensuite à l’international, en commençant par Douala, au Cameroun.