Dossier

Cet article est issu du dossier «Ghazouani face au cas Aziz»

Voir tout le sommaire
Politique

Mauritanie : « Le président Ghazouani a dépersonnalisé le pouvoir »

Réservé aux abonnés | | Par - à Nouakchott
Mis à jour le 02 juillet 2021 à 11h17
JAD20210511-OBJECTIF-MAURITANIE-ITV-LEMINE-OULD-DAHI

JAD20210511-OBJECTIF-MAURITANIE-ITV-LEMINE-OULD-DAHI © Nouakchott, Mauritanie le 27/04/2021 Mohamed Lemine Ould Dahi, Président de l'Institut International d'Etudes Supérieures Appliquées. nouak © Bechir Malum pour JA

Pour Mohamed Lemine Ould Dahi, l’ancien directeur de cabinet d’Ely Ould Mohamed Vall, le style de Mohamed Ould Ghazouani est aux antipodes de celui de son prédécesseur.

Les Mauritaniens connaissent bien Mohamed Lemine Ould Dahi. Observateur avisé et respecté de la vie politique nationale, ce professeur de droit, ancien président de l’université de Nouakchott, a parlé pendant dix-sept ans à l’oreille des présidents. Il fut d’abord conseiller juridique de Maaouiya Ould Taya de 1990 à 2005, puis directeur de cabinet d’Ely Ould Mohamed Vall, l’ancien président de la transition (2005-2007), décédé en 2017.

En coulisse, il a pris part à l’élaboration de la Constitution de 1991, puis à sa première révision en 2006. Aujourd’hui président de l’Institut international d’études supérieures appliquées de Nouakchott, il garde un œil attentif sur les évolutions de son pays.

Jeune Afrique : La Mauritanie s’apprête à juger son ancien chef de l’État. La propre fonction de Mohamed Ould Ghazouani ne risque-t-elle pas d’être affaiblie ?

Mohamed Lemine Ould Dahi : Non, car la fonction présidentielle est bien protégée chez nous. Elle concerne généralement deux types d’acte. D’abord, ceux qui sont définis par la Constitution elle-même et donc, complètement protégés par l’immunité en son article 93. Seuls les cas de haute trahison, tels que définis par le Parlement, peuvent alors être jugés. Puis, il y a un deuxième type d’acte, à savoir les délits ou les crimes commis cette fois en dehors de la Constitution. Le président peut prendre sa voiture, provoquer un accident et tuer un homme. Il est protégé lorsqu’il est au pouvoir, mais une fois son mandat terminé, il doit répondre de son crime devant la justice.

Mohamed Ould Abdelaziz peut-il se prévaloir de l’article 93 ?

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer