Agroalimentaire

Comment la Mauritanie veut relancer la pêche

Réservé aux abonnés | | Par
Vue aérienne des usines de production de farine de poisson à Nouadhibou, en Mauritanie, le 14 avril 2018.

Vue aérienne des usines de production de farine de poisson à Nouadhibou, en Mauritanie, le 14 avril 2018. © Sylvain Cherkaoui/REUTERS

Raréfaction des espèces, dégringolade des prix… Devant les difficultés du secteur, le gouvernement compte sur de nouveaux accords avec ses partenaires chinois et européens.

La pêche mauritanienne ne va pas bien. Sa production a chuté de 10 % l’an dernier. Elle dispose pourtant des eaux parmi les plus poissonneuses du monde. Est-ce dû au réchauffement climatique, à un phénomène cyclique ou à la surpêche ?

Toujours est-il que bien des espèces se sont raréfiées, à commencer par les céphalopodes (poulpe, calmar, seiche), obligeant le gouvernement à décréter un arrêt biologique de la pêche hauturière (au large) du 15 avril au 15 juillet.

À cela s’ajoute la dégringolade des prix des maquereaux, des sardinelles et des poulpes, la pandémie ayant stoppé les achats des Chinois, des Turcs ou des Espagnols.

Farines et huiles peu rémunératrices

Mais il y a plus grave pour le deuxième pilier économique du pays (1,4 millions de tonnes de pêche, 65 000 emplois) dont la contribution au produit intérieur brut, plus de 5 %, stagne. Après s’être longtemps contentée de toucher les royalties des droits de pêche consentis aux flottilles étrangères, la Mauritanie a, depuis dix ans, commencé à bâtir une pêche nationale par le biais d’attribution de licences, puis de quotas.

Nous avions le poisson, mais ni le savoir-faire ni les moyens et nous n’avons pas exploité notre mer

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer