Santé

OMS-Big Pharma : les ratés du transfert de compétence en Afrique

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 09 juin 2021 à 16h42
Stephane Bancel, patron de Moderna, en novembre 2017.

Stephane Bancel, patron de Moderna, en novembre 2017. © Adam Glanzman/Bloomberg/Getty

Malgré les nombreux plaidoyers en faveur d’un accès équitable à la vaccination contre le Covid-19, les laboratoires n’ont pas joué le jeu estiment ONG et institutions internationales.

Le groupement d’accès aux technologies contre le Covid-19 (C-TAP), lancé en mai 2020 au sein de l’OMS, a été approuvé par 40 pays, des programmes onusiens et des ONG. Cette plateforme promeut le libre accès aux savoirs scientifiques et technologiques, en appelant au partage des procédures de fabrication et de propriété intellectuelle. Sans succès.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer