Télécoms

MTN et Safaricom seuls candidats en Éthiopie : tout ça pour ça ?

Réservé aux abonnés | | Par
Siège d’Ethiop Telecom, à Addis-Abeba.

Siège d'Ethiop Telecom, à Addis-Abeba. © Eric Lafforgue/Hans Lucas

L’octroi de deux nouvelles licences devait être « la transaction du siècle » dans le secteur africain des télécoms. Finalement, seuls les deux opérateurs ont formulé une proposition.

Le 26 avril, date limite de souscription à l’appel d’offres lancé par le gouvernement éthiopien, Addis-Abeba a confirmé la réception de deux offres pour de nouvelles licences de télécommunications, se rapprochant ainsi de la fin du monopole d’Ethio Telecom sur le secteur. La première vient du sud-africain MTN, et la seconde d’un consortium comprenant la société kényane Safaricom, ses propriétaires minoritaires Vodafone et Vodacom, le groupe CDC et le géant japonais du commerce général Sumitomo Corp.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3100_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte