Politique

Maroc : le retour « surprise » d’Ilyas El Omari

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 05 mai 2021 à 10h57
Ilyas El Omari lors de son interview pour la télévision chinoise, le 5 avril 2021

Ilyas El Omari lors de son interview pour la télévision chinoise, le 5 avril 2021 © Global Link

Retiré de la vie publique depuis 2019, l’ancien homme fort du PAM a fait une apparition médiatique remarquée… en Chine. À quoi ressemble sa nouvelle vie ? Pourrait-il renaitre de ses cendres politiques ? Éléments de réponses.

Depuis sa démission de la présidence de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma en septembre 2019, Ilyas El Omari – longtemps considéré comme l’un des hommes politiques les plus puissants du Maroc – avait complètement disparu des écran-radars, comme évaporé dans la nature. Ce dernier a sans conteste tenté de se faire oublier, et le monde médiatique n’a pas vraiment cherché à prendre de ses nouvelles.

En juillet 2020, Le 360 a tout de même voulu savoir ce que devenait « l’exilé du Rif », pourtant appelé à jouer « un grand rôle dans la scène politique marocaine ». Une « mission impossible », selon le site d’information en ligne, ce dernier restant injoignable. Seuls quelques membres de son entourage sont sortis du silence pour décrire un homme « reclus », « trahi » et « extrêmement souffrant », qui refuserait « le moindre contact – en dehors de ses proches – ou prise de parole » et qui aurait surtout « payé son engagement au prix fort ».

Nouveau look

Le principal intéressé semblait donc avoir entamé une traversée du désert. La surprise a donc été grande lorsqu’Ilyas El Omari est publiquement réapparu face aux caméras de « New China TV » et dans les colonnes de la très officielle agence de presse Xinhua le 5 avril dernier. Invité au centenaire du Parti communiste chinois, l’ancien secrétaire général du PAM (Parti authenticité et modernité) n’a pas tari d’éloges sur le régime de Pékin.

Exit la calvitie et la moustache, El Omari a désormais des implants capillaires et semble avoir rajeuni de dix ans

Outre ses pirouettes diplomatiques, c’est son look qui a retenu l’attention du public marocain. Exit la calvitie et la moustache, El Omari, loin d’être l’ermite décrit par ses amis, a désormais des implants capillaires, une barbe soigneusement taillée et semble avoir rajeuni de dix ans. Certains imaginent déjà une potentielle résurrection politique, pourtant très peu probable, quand d’autres s’interrogent sur la nouvelle vie de cet homme dont le talent pour brouiller les pistes n’est plus à démontrer.

 

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3100_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte