Dossier

Cet article est issu du dossier «Génocide des Tutsi au Rwanda : quelle est la part de responsabilité de la France ?»

Voir tout le sommaire
Diplomatie

[Analyse] Rôle de la France au Rwanda : la realpolitik au détriment de l’Histoire ?

Réservé aux abonnés | |

Par  Mehdi Ba

Mehdi Ba est rédacteur en chef du site internet de J.A. Anciennement correspondant à Dakar, il continue de couvrir l'actualité sénégalaise et ouest-africaine (Mauritanie, Gambie, Guinée-Bissau, Mali), et plus ponctuellement le Rwanda et le Burundi.

(@mehdiba)

Emmanuel Macron et Paul Kagame, à l’Élysée, le 23 mai 2018.

Emmanuel Macron et Paul Kagame, à l'Élysée, le 23 mai 2018. © Francois Mori/AP/Sipa

L’Histoire doit-elle faire profil bas lorsque les intérêts diplomatiques des États sont en jeu ? Deux rapports récents sur le rôle de Paris dans le génocide des Tutsi ont été l’occasion, pour Paris et Kigali, d’aplanir le contentieux qui empoisonne leurs relations depuis 27 ans.

« Je pense que la France n’a pas participé à la planification du génocide et que les Français n’ont pas participé aux tueries et aux exactions. La France, en tant qu’État, n’a pas fait cela. Si la complicité se définit par ce que je viens de dire, alors l’État français n’est pas complice. »

Ce 19 avril, alors que le rapport sur le rôle de la France au Rwanda commandé par Kigali à un cabinet d’avocats américains vient tout juste d’être présenté à son gouvernement, le ministre rwandais des Affaires étrangères, Vincent Biruta, écarte, dans un entretien au quotidien français Le Monde, ce terme lourd de conséquences qui sème depuis si longtemps la discorde entre les deux pays : « complicité ».

Deux heures plus tard, à Paris, une source élyséenne saisit la balle au bond : « Aujourd’hui, c’est une étape importante, non seulement au regard du contenu du rapport [rwandais] mais aussi et surtout au regard de la parole politique qui l’accompagne et des déclarations qui viennent d’être faites par le ministre des Affaires étrangères rwandais, dont vous avez pu constater qu’il conclut à l’absence de complicité de la France dans le génocide des Tutsi. »

Le 26 mars, dans son propre rapport, rendu au président Emmanuel Macron, la commission française d’historiens présidée par Vincent Duclert avait décliné toute pertinence à ce terme pour qualifier le soutien autrefois apporté par Paris au régime génocidaire rwandais : « La France est-elle pour autant complice du génocide des Tutsi ? Si l’on entend par là une volonté de s’associer à l’entreprise génocidaire, rien dans les archives consultées ne vient le démontrer », écrivaient les chercheurs.

Enterrer la hache de guerre

Après 27 années d’une polémique inlassable, qui aura vu la relation bilatérale osciller entre une interminable « guerre froide » et de timides et ponctuels rapprochements diplomatiques, l’abandon, de part et d’autre, du mot tabou permettrait donc enfin d’enterrer la hache de guerre, dans l’espoir d’une réconciliation durable.

Une intention certes louable, à laquelle Emmanuel Macron a œuvré depuis son élection avec l’appui assumé de son homologue Paul Kagame. Mais une démarche qui, « en même temps », pose question : appartient-il à un État de lisser la réalité historique d’hier au nom des impératifs diplomatiques du moment ?

Faut-il voir dans le consensus franco-rwandais autour de ces deux enquêtes le désir de privilégier les impératifs de la realpolitik au détriment d’une écriture intransigeante de l’Histoire ?

La question se pose avec d’autant plus d’acuité que le contenu respectif des deux épais rapports récemment rendus publics (990 pages pour l’un, 580 pages pour l’autre) vient documenter – dizaines de milliers de pages d’archives à l’appui – la faillite de la politique française au Rwanda durant la période où un régime extrémiste se revendiquant du « Hutu Power » mettait en place, puis en œuvre, la « Solution finale » au « problème tutsi ».

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3100_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte