Capital-investissement

David Rubenstein (Carlyle) : « Je suis prêt à investir en Afrique si… »

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 22 avril 2021 à 16h05
David Rubenstein au Forum de Davos, en 2018.

David Rubenstein au Forum de Davos, en 2018. © David Rubenstein, co-chief executive officer of the Carlyle Group LP, poses for a photograph following a Bloomberg Television interview on day two of the World Economic Forum (WEF) in Davos, Switzerland, on Wednesday, Jan. 24, 2018. World leaders, influential executives, bankers and policy makers attend the 48th annual meeting of the World Economic Forum in Davos from Jan. 23 - 26. Photographer: Simon Dawson/Bloomberg via Getty Images © Simon Dawson/Bloomberg/Getty

Le cofondateur du gigantesque fonds américain de capital-investissement a évoqué son possible retour en Afrique, à l’occasion de l’édition 2021 de la conférence Avca.

À l’invitation de l’Association des capital-investisseurs et capital-risqueurs africains (AVCA) qui réunit, du 20 au 23 avril, plus de 350 participants du secteur pour sa conférence annuelle, David Rubenstein, cofondateur du géant mondial du capital-investissement The Carlyle Group (près de 250 milliards de dollars d’actifs sous gestion), a partagé lors d’une keynote son retour de près d’un demi-siècle d’expérience sur l’économie mondiale – dont près de trente-cinq ans dans le private equity.

Prêt à signer son grand retour en Afrique, le milliardaire américain de 71 ans brosse un panorama macroéconomique global, se penchant notamment sur l’état du capital-investissement et les opportunités d’investissement dans les différentes régions du monde. Un tableau teinté des effets de la pandémie de Covid-19 sur les économies et les affaires.

Voici les points saillants que Jeune Afrique en a retenus.

Le dynamisme du marché africain en question

Sans le nommer expressément, David Rubenstein a justifié le repli de Carlyle des investissements directs en Afrique, un an plus tôt. Transférant la gestion des 700 millions de dollars d’actifs de son véhicule Carlyle Sub-saharan Africa Fund, à d’anciens managers du fonds réunis au sein du nouvellement créé, Alterra Capital Partners.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte