Politique

Cameroun : Franck Biya veut-il succéder à son président de père ?

Réservé aux abonnés | | Par
Franck Biya, lors d’un meeting à Douala, le 6 octobre 2011.

Franck Biya, lors d'un meeting à Douala, le 6 octobre 2011. © Victor Zebaze

Le fils de Paul Biya n’approuve pas, mais ne désavoue pas non plus, le « mouvement citoyen » qui promeut son image. Nourrit-il des ambitions présidentielles ? Le point sur ses atouts et sur ses handicaps.

« Franck président ! » Le slogan fleure bon la présidentielle avant l’heure. L’impétrant a le visage souriant et les affiches, sur fond bleu, ont des airs de photos officielles. Franck Emmanuel Olivier Biya, 49 ans, envisagerait-il de succéder à son père ?

Les auteurs de cette surprenante campagne ne semblent pas en douter une seconde… Curieuse assurance que celle de ces promoteurs du Mouvement citoyen des franckistes pour la paix et l’unité du Cameroun, la nébuleuse qui a mis en branle cette communication pour le moins malhabile.

Il ne connaît pas ces gens, ils ont agi de leur propre initiative

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3100_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte