Banque

Albert Essien : un homme du sérail à la tête d’Ecobank

Albert Essien au Africa CEO Forum 2014. © Eric Larrayadieu/Africa ECO Forum

Après des mois de lutte au sommet, le Ghanéen Albert Essien succède à l'Ivoirien Thierry Tanoh à la tête d'Ecobank.

La crise qui secoue Ecobank depuis juillet 2013 aura finalement coûté son poste à Thierry Tanoh, le directeur général du groupe. L’Ivoirien a été démis de ses fonctions lors d’une réunion du conseil d’administration qui s’est tenue le 11 mars à Yaoundé, au Cameroun. « Il cesse [aussi] d’être administrateur d’ETI [Ecobank Transnational Incorporated] » à partir du 12 mars, précisait le communiqué publié dans la foulée.

Homme du sérail

Pour remplacer l’ancien vice-président de la Société financière internationale (IFC, Banque mondiale), qui avait rejoint Ecobank en juillet 2012, les administrateurs ont choisi un homme du sérail, le Ghanéen Albert Essien. « Ecobanker » pur jus, il a occupé différents postes à responsabilités au sein du groupe ces vingt dernières années.

La crise à Ecobank

Tous nos articles ici

Resté discret pendant la guerre des chefs qui secouait l’institution, celui qui était jusque-là directeur général adjoint d’Ecobank est sorti de son silence en février, via un courrier électronique adressé au président intérimaire d’Ecobank, le Camerounais André Siaka. Cosignée par son alter ego Evelyne Tall et par deux autres administrateurs exécutifs du groupe, cette lettre demandait la démission de Thierry Tanoh dans « l’intérêt de l’institution ».

Parcours

Formé à l’université du Ghana puis à l’Institut européen d’administration des affaires (Insead) en France et à Singapour, il a travaillé pendant quatre ans à la National Investment Bank à Accra (Ghana), avant de rejoindre la filiale ghanéenne d’Ecobank en 1990. Arrivé à Lomé le 12 mars (il était jusque-là installé à Johannesburg) pour prendre ses nouvelles fonctions, il s’est adressé à près de 200 salariés présents au siège de la banque, dans un discours d’apaisement fixant ses priorités : restaurer la confiance, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du groupe, et rétablir la stabilité nécessaire à la construction d’un groupe panafricain solide.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte