Économie

Ngozi Okonjo-Iweala : femmes de pouvoir, VIP africains… la galaxie éclectique de la patronne de l’OMC

Réservé aux abonnés | | Par - à Londres
Mis à jour le 17 mai 2021 à 17h58
Ngozi Okonjo-Iweala et ses fidèles.

© Ngozi Okonjo-Iweala et ses fidèles.

La nouvelle patronne de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) s’appuie sur un solide réseau tissé de Washington à Abuja.

Économiste nigériane diplômée de Harvard puis du Massachusetts Institute of Technology (MIT), où elle obtient son doctorat, Ngozi Okonjo-Iweala connaît d’abord une longue carrière au sein de la Banque mondiale, dont elle finit par être la numéro deux, avant de se faire un nom en politique.

Ministre au profil de technocrate, elle est la première femme ministre des Finances puis (brièvement) des Affaires étrangères du Nigeria. À 66 ans, elle est également la première femme et la première Africaine à diriger l’OMC.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3103_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer