Banque de développement

Algérie : un pied à la BERD, à quand les financements ?

| Par
Siège de la BERD, à Londres.

Siège de la BERD, à Londres. © Han Yan/XINHUA-REA

Si l’adhésion d’Alger en tant que nouveau pays membre de l’institution européenne de développement est acquise, son accession au statut de bénéficiaire des aides n’est pas à attendre pour cette année.

Un premier pas en juillet 2020, quand l’assemblée générale des actionnaires de la Banque européenne de reconstruction et de développement accède à la demande d’adhésion de l’Algérie.

Le pays, au bord de la crise financière depuis plusieurs mois, aggravée par la chute des cours du pétrole et la crise sanitaire, rejoint ainsi ses voisins d’Afrique du Nord (Maroc, Tunisie et Égypte) dans les rangs de l’institution multilatérale.

Le 18 avril dernier, Alger a franchi une nouvelle étape avec l’adoption en conseil des ministres du « projet de décret présidentiel présenté par le ministre des Affaires étrangères, et portant adhésion de l’Algérie » à la BERD, selon le communiqué de la présidence algérienne.

Le tout un peu plus d’un an après la requête d’Alger, en mars 2020, d’intégrer le collège des actionnaires de l’institution, dans le but ultime de bénéficier de son appui.

Après la Banque africaine de développement, dont Alger est le cinquième actionnaire africain, l’Algérie fait donc son entrée au sein d’une institution européenne, ce qui pourrait marquer un assouplissement de sa position face à l’endettement extérieur – un chemin que son président, Abdelmadjid Tebboune s’est toujours refusé d’emprunter vis-à-vis du FMI et de la Banque mondiale.

Pas encore « pays d’opération »

Cette adhésion « ne veut toutefois pas dire qu’il s’agit d’un ‘pays d’opération’ (‘country of operation’, selon l’appellation administrative interne) », commente une source proche de l’institution basée à Londres.

Comprendre : l’Algérie est un pays membre, mais il n’a pas pour l’heure le statut de pays bénéficiaire des services de financement et de conseil de la BERD. Il faudra encore attendre un certain nombre d’événements avant que le pays puisse voir l’ombre d’un euro arriver sur son compte.

Une finalité dont le président par intérim de la BERD au moment de la demande de l’Algérie, Jürgen Rigterink, (remplacé depuis octobre 2020 par la Française Odile Renaud-Basso), ne faisait guère de mystère : « Nous sommes très fiers et heureux d’accueillir l’Algérie en tant que tout récent membre. J’ai hâte d’amorcer les travaux dans le pays dès que nos actionnaires auront pris la décision définitive ».

Requête explicite

Mais pour cela, l’Algérie, qui selon nos informations a bel et bien esquissé son dessein de faire partie des bénéficiaires des aides de la BERD dans sa demande d’adhésion en mars, devra se montrer encore plus explicite et déposer une requête formelle d’accession au statut de bénéficiaire des aides.

C’est cette demande formelle qui sera examinée par les actionnaires de la banque en vue d’un accord. Un audit de l’économie locale, des allers-retours avec le secteur privé ou encore une évaluation des besoins seront ensuite nécessaires pour valider son nouveau statut. Un processus qui peut prendre plusieurs mois.

pour le moment, l’Algérie n’est pas à l’agenda de juin 2021

Or, l’accession d’un nouveau pays en tant que bénéficiaire des aides est traditionnellement votée lors des assemblées générales annuelles de l’institution, dont la prochaine édition se tiendra en juin prochain. Mais pour le moment, l’Algérie ne figure pas à l’agenda de la rencontre, constate notre source. Il est plus probable que l’accord, si accord il y a, soit donné d’ici à juin 2022…

12 milliards d’euros d’aides

Pour rappel, l’Algérie se situe dans la partie orientale et méridionale du bassin méditerranéen (SEMED), une région où la banque de développement investit et appuie déjà les réformes des politiques à mettre en œuvre en Égypte, en Jordanie, au Liban, au Maroc, en Tunisie et en Cisjordanie et Gaza.

À ce jour, la Banque a consacré plus de 12 milliards d’euros à 260 projets répartis dans la région SEMED, qui concernent les ressources naturelles, les institutions financières, les agro-industries, les industries manufacturières, ainsi que les infrastructures.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte