Politique

Niger – Abba Issoufou : son père, son réseau, ses relations avec Mohamed Bazoum… Qui est le fils de l’ex-président ?

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 28 avril 2021 à 11:07

Mahamane Sani Mahamadou Issoufou, le ministre nigérien du Pétrole et de l’Énergie. © Abba Issoufou/ DR

Le 7 avril, Mahamane Sani Mahamadou Issoufou, dit Abba, a été nommé ministre du Pétrole et de l’Énergie. Le fils de l’ancien chef de l’État est un homme discret mais connecté, qui n’a jamais aimé jouer les « papamadit ».

« Abba »

Le prénom, kanouri, de son grand-père maternel est devenu le surnom par lequel tout le monde – ou presque – l’appelle. Né il y a trente-sept ans à Niamey, le fils de Mahamadou et Aïssata Issoufou a deux frères et deux sœurs.

Harvard

Son parcours universitaire est exclusivement anglophone : bachelor of Science à Purdue University (Indiana), master en politique économique à Birmingham (Grande-Bretagne), puis master en administration publique à Harvard, en 2015. Aux États-Unis, il a connu le meilleur (la formation), mais aussi le racisme ordinaire. « Quand vous entrez dans un magasin, on vous suit pour s’assurer que vous ne volez rien. Et, la nuit, les contrôles au faciès de la police sont quasi systématiques. »

Startuper

Pendant ses études, il crée, avec sa sœur Mariam Kamara (devenue depuis une architecte de renom), la start-up Nova Technologies, qui travaille avec Orange et équipe plusieurs ministères nigériens en matériel informatique.

Tout jeune, il distribuait des tracts dans son quartier et tamponnait les cartes d’adhérents du parti de son père

Politique

Tout jeune, il distribuait des tracts dans son quartier et tamponnait les cartes d’adhérents du parti de son père. En 2016, il devient conseiller de ce dernier et, deux ans plus tard, son directeur de cabinet adjoint.

Réseau

Davantage tourné vers le business et les nouvelles technologies que vers la politique, il est ami avec une dizaine de fils de présidents (Buhari, Déby Itno, Condé, IBK, Kagame…).

Issoufou

« Mon père m’a légué  ses valeurs : travail, honnêteté, ténacité, sens de l’amitié, patriotisme. »

Bazoum

Il connaît depuis l’enfance le nouveau président nigérien. « Ma nomination en tant que directeur de sa campagne, tout comme mon entrée au gouvernement, relèvent de sa seule décision. Il n’y a eu aucune négociation. »

Simplicité

Ni bling-bling ni « papamadit », Abba est du genre discret. À Harvard, pendant un an, personne ne savait qu’il était fils de président jusqu’au jour où l’un de ses camarades s’en est rendu compte. « Nos parents nous ont appris la simplicité », résume-t-il.

Jogging

Ce père de deux enfants court une heure par jour, accompagné d’un garde du corps. Ses lectures favorites : Thomas Piketty, Amin Maalouf, Cheikh Anta Diop et André Salifou.

Pétrole

Ministre du Pétrole, de l’Énergie et des Énergies renouvelables, Abba gérera la principale ressource post-uranium du Niger. Objectif : 110 000 barils par jour à l’horizon 2023, soit une production équivalente à celle du Tchad. Chinois, Algériens et Britanniques sont déjà présents dans ce secteur, dans l’est du pays. « Hors de question que nous sombrions dans la dépendance au tout-pétrole », assure-t-il.