Politique

[Édito] Bédié, Gbagbo, Ouattara : ils effacent tout… et ils recommencent, par Marwane Ben Yahmed

Réservé aux abonnés | |

Par  Marwane Ben Yahmed

Directeur de publication de Jeune Afrique.

(@marwaneBY)

De g. à dr. : Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié, au palais présidentiel d’Abidjan, le 30 juin 2010. Au second plan, Guillaume Soro.

De g. à dr. : Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié, au palais présidentiel d'Abidjan, le 30 juin 2010. Au second plan, Guillaume Soro. © Sia Kambou/AFP

Acquitté par la CPI le 31 mars dernier, Laurent Gbagbo s’apprête à rentrer au pays. Les principaux acteurs de la politique ivoirienne ont-ils pour autant tiré les leçons du passé ?

Laurent Gbagbo a donc été, le 31 mars, définitivement acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Dix ans après avoir été envoyé au Penitentiaire Inrichting Haaglanden de Scheveningen (Pays-Bas), réservé aux génocidaires, satrapes sanguinaires et autres chefs de guerre sans foi ni loi.

Un verdict qui s’impose à tous, sauf aux trois mille victimes de la crise postélectorale de 2010-2011, qui doivent se demander à quoi sert cette CPI sans policiers ni experts, et dont les procureurs flirtent souvent avec l’amateurisme. Pas de preuves, pas de coupables, ni dans un camp ni dans l’autre, malgré les millions d’euros dépensés et toutes les années qu’il a fallu pour qu’un verdict soit prononcé.

Amnésie

Doit-on pour autant en déduire que les atrocités commises au lendemain du refus de Gbagbo de reconnaître les résultats de la présidentielle n’ont pas existé ? Que les tirs à l’arme lourde sur un marché ou sur une manifestation de femmes, les exécutions sommaires, les enlèvements ou la traque organisée de militants n’étaient qu’une vue de l’esprit ? Que le revirement politique actuel, qui voit les principaux protagonistes de ce drame tenter d’entraîner tout un pays dans l’amnésie au nom d’une réconciliation de façade, n’est pas un énième et cynique calcul politicien dont la Côte d’Ivoire a le secret ? Dix ans plus tard, en tout cas, elle n’a guère avancé sur le chemin de la vérité, ni, a fortiori, sur celui de la justice.

Ne manquent plus que le tapis rouge et la garde d’honneur sur le tarmac

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3100_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte