Cinéma

Nominations aux Oscars : les artistes noirs sortent (enfin) de l’ombre

| Par
Andra Day dans « The United States VS Billie Holiday ».

Andra Day dans « The United States VS Billie Holiday ». © Takashi Seida/Paramount Pictures

Régulièrement fustigée pour son manque de diversité, la cérémonie, qui se tiendra le 25 avril, a sélectionné un nombre record d’Africains-Américains. Le continent africain, avec seulement deux réalisateurs toujours en lice, est toutefois éclipsé.

La 93e cérémonie des Oscars, qui se tiendra le 25 avril au Dolby Theatre de Los Angeles, promet déjà d’être historique. L’Académie a longtemps été attaquée parce qu’elle ne récompensait pas assez de Noirs. Une campagne #OscarsSoWhite (« des Oscars si blancs ») avait même était lancée en 2015, relayée par des médias tels que le New York Times ou Variety, soulignant l’absence d’acteurs, de réalisateurs ou de producteurs non blancs dans les palmarès.

Les pressions ont porté leurs fruits. Impossible, évidemment, de prédire quels seront les artistes récompensés, mais la dernière liste des sélectionnés fait la part belle aux Africains-Américains. Et les films dans lesquels ils interviennent mettent souvent ces héros aux prises avec des Blancs (gouvernement américain, producteur, FBI…) dans des scénarios qui jettent un regard militant sur le passé.

Acteurs, maquilleuses, équipes de production…

Viola Davis, nommée dans la catégorie meilleure actrice pour le film Ma Rainey’s Black Bottom (le blues de Ma Rainey, adaptation d’une pièce sur la chanteuse de blues et les tensions avec son équipe, notamment son producteur blanc), est aujourd’hui la star noire qui a été la plus nommée dans l’histoire des Oscars. Andra Day (qui incarne avec panache Billie Holiday dans The United States vs. Billie Holiday) est sélectionnée dans la même catégorie.

Pour la première fois, des maquilleuses noires, Mia Neal et Jamika Wilson (Ma Rainey’s Black Bottom), ont été sélectionnées dans la catégorie meilleurs maquillages et coiffures. Toujours dans le même film, l’acteur Chadwick Boseman est aussi sélectionné pour un premier rôle.

Nommé six fois, Judas and the Black Messiah (l’ascension de Fred Hampton, membre des Black Panthers visé par le FBI) est le premier film en compétition dont l’équipe de production (Shaka King, Ryan Coogler, Charles D. King) est noire.

Soul, le premier long-métrage Pixar coréalisé par un réalisateur afro-américain (Kemp Powers) et le premier de la société à mettre en scène un héros noir, est sélectionné dans la catégorie « meilleur film d’animation. »

Un premier film tunisien sélectionné

Extrait du film L’Homme qui a vendu sa peau.

Extrait du film L’Homme qui a vendu sa peau. © Bac Films

On pouvait espérer que les films africains soit aussi sélectionnés en nombre : l’Académie avait présélectionné 15 films du continent dans la catégorie du meilleur film étranger. L’onirique long-métrage ivoirien La nuit des Rois, de Philippe Lacôte, avait passé toutes les étapes de pré-sélection… jusqu’à la dernière, et n’a malheureusement pas été retenu.

Reste donc pour représenter l’Afrique L’Homme qui a vendu sa peau, de la réalisatrice Kaouther Ben Henia : le premier film tunisien sélectionné aux Oscars. Le documentaire sud-africain La Sagesse de la pieuvre a également été retenu.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer