Finance

Trois bonnes pratiques pour booster la finance africaine en 2021

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 16 avril 2021 à 10h59
La digitalisation constitue une priorité pour plus de 7 dirigeants sur 10 dans leur stratégie au cours des douze prochains mois.

La digitalisation constitue une priorité pour plus de 7 dirigeants sur 10 dans leur stratégie au cours des douze prochains mois. © PeopleImages/E+/Getty

Plutôt optimistes, les banquiers et assureurs africains dégagent trois grandes tendances de l’ère post-Covid pour leur secteur, dans le cadre du premier baromètre Deloitte/Africa CEO Forum.

À défaut d’en tirer parti, les plus grands acteurs de la finance sur le continent semblent en tout cas tirer les leçons de la crise sanitaire. Bien décidés à s’en relever et à bénéficier de la mini-révolution digitale, ils entrevoient à court ou moyen terme de profonds changements pour leur secteur.

Et ce sont ces mutations qui ont été captées par le tout premier baromètre Deloitte/Africa CEO Forum*, établi en partenariat avec l’Africa Finance Industry Summit. Deux grandes orientations se détachent en conséquence directe de la pandémie et de la croissance rapide des fintechs : la digitalisation et la multiplication de nouveaux modèles d’affaires et de coopération entre acteurs financiers.

41 % des institutions financières évaluent leur maturité digitale au stade émergent

Des tendances qui représentent également des défis, en termes de moyens, en termes de risques. Pour autant, dans une large majorité (59 %), les institutions financières interrogées confirment la croissance de l’attractivité de l’industrie financière africaines vis-à-vis des partenaires et des investisseurs internationaux.

>>> Lire aussi notre dossier : Une nouvelle ère pour la finance africaine <<<

  • Accélérer la digitalisation du secteur

Entre ceux des acteurs interrogés qui avaient d’ores et déjà entamé le processus, et ceux qui en ont pris la mesure avec l’arrivée de la pandémie de Covid-19, la grande majorité s’accorde sur la nécessaire accélération de la digitalisation du secteur. C’est d’ailleurs une priorité pour plus de 7 dirigeants sur 10 dans leur stratégie au cours des douze prochains mois.

Et si la crise a chamboulé la façon dont les dirigeants de banques, assurances ou autres institutions financières entrevoient l’avenir pour leurs secteurs, elle a aussi mis l’accent sur la recherche de rentabilité et de meilleure efficacité opérationnelle (à près de 80 %) pour affronter l’ère post-Covid.

Alors qu’elles n’en sont qu’à leur balbutiement – 41 % des institutions financières évaluent leur maturité digitale au stade d’émergence –, plus de la moitié des acteurs interrogés affirment avoir entrepris des démarches concrètes pour accélérer leur digitalisation. On monte à près des trois quarts dans le segment banque, le plus avancé en matière de digitalisation.

Mise en place d’une stratégie digitale, création d’un « digital office », mobilisation de moyens financiers et techniques, sont les principales mesures adoptées par ces institutions financières pour l’heure. Et un tiers d’entre elles envisagent de s’y atteler à court terme.

  • Multiplier les partenariats avec les nouvelles technologies

Parmi les moyens à leur disposition pour dynamiser leur stratégie post-crise sanitaire, et notamment ficeler leur plan de digitalisation, les dirigeants du secteur financier africain adoptent en majorité un levier : la conclusion de partenariats.

Fintech, insurtech, regtech, les services financiers attirent de plus en plus d’acteurs en provenance d’autres industries. Bonne nouvelle, les secteurs plus traditionnels de la finance ne le voient pas d’un mauvais œil. Au contraire, et c’est ce que révèle l’étude Deloitte/Africa CEO Forum, en réponse à cette tendance, près des deux tiers des banquiers et des assureurs décident de mettre en place des partenariats avec ces nouveaux acteurs sur un périmètre spécifique d’activités.

42 % de ces institutions financières ont même déjà initié des partenariats avec des acteurs non traditionnels. Et le même ratio l’envisage à court terme. Dans quel cadre et pour quel but ? Les domaines largement plébiscités par les dirigeants interrogés sont le développement de nouvelles activités et produits en partenariat avec ces nouveaux acteurs. Dans une moindre mesure, ces partenariats portent sur la digitalisation des processus internes.

Partenariats fintech - Baromètre AFIS

Baromètre AFIS 2 © Deloitte/Africa CEO Forum

  • Adopter un modèle de gouvernance pertinent

Si la pandémie de Covid-19 est mondiale, une tendance à la globalisation des réponses des opérateurs économiques est toute aussi réelle. Notamment dans le secteur de la finance, où les stratégies et les modèles de gouvernance sont lissés dans les pays du nord comme ceux du sud.

Aussi, il n’est pas surprenant de lire dans le baromètre Deloitte/Africa CEO Forum que pour faire face à l’émergence de nouveaux risques et méthodes de gouvernance, les acteurs de l’industrie financière africaine ont commencé à mettre en place de nouveaux comités (éthique, compliance, technologique) au sein de leur conseil d’administration en plus des comités classiques (audit, risques) bien établis.

Le risque cyber constitue la plus grande menace pour une majorité de dirigeants

Une pratique qui est déjà courante au niveau des conseils d’administration en Amérique du Nord ou en Europe. Tout comme la montée en puissance du recours aux administrateurs indépendants – près de 60 % de conseils d’administration d’institutions financières africaines déclarent vouloir se doter d’un conseil d’administration constitué à plus du quart d’administrateurs indépendants.

Baromètre AFIS 1

L’étude souligne, dans la même idée, l’arrivée de nouvelles fonctions au sein des comité exécutifs de ces entreprises, pour répondre à la transformation en cours du secteur : chief strategy officer (32 %), chief digital officer (25 %),…

Cette dernière fonction, bien qu’elle ne soit pas déployée dans toutes les entreprises du secteur financier, semble d’autant plus nécessaire dans un contexte où la digitalisation et la multiplication des partenariats avec les acteurs de la tech font croître de nouveaux risques. Ainsi du risque cyber, d’exposition aux menaces informatiques externes, considéré de modéré à très élevé par près de 9 dirigeants sur 10.

 

* Deloitte et l’Africa CEO Forum (membre de Jeune Afrique Media Group) en collaboration avec l’Africa Financial Industry Summit (AFIS) ont envoyé une enquête à différents participants du monde de la finance en Afrique (60 réponses). Ce questionnaire, réalisé en ligne ou en entretiens individuels, comportait six grands thèmes et une trentaine de questions.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer