Finance

Trois bonnes pratiques pour booster la finance africaine en 2021

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 16 avril 2021 à 10h59
La digitalisation constitue une priorité pour plus de 7 dirigeants sur 10 dans leur stratégie au cours des douze prochains mois.

La digitalisation constitue une priorité pour plus de 7 dirigeants sur 10 dans leur stratégie au cours des douze prochains mois. © PeopleImages/E+/Getty

Plutôt optimistes, les banquiers et assureurs africains dégagent trois grandes tendances de l’ère post-Covid pour leur secteur, dans le cadre du premier baromètre Deloitte/Africa CEO Forum.

À défaut d’en tirer parti, les plus grands acteurs de la finance sur le continent semblent en tout cas tirer les leçons de la crise sanitaire. Bien décidés à s’en relever et à bénéficier de la mini-révolution digitale, ils entrevoient à court ou moyen terme de profonds changements pour leur secteur.

Et ce sont ces mutations qui ont été captées par le tout premier baromètre Deloitte/Africa CEO Forum*, établi en partenariat avec l’Africa Finance Industry Summit. Deux grandes orientations se détachent en conséquence directe de la pandémie et de la croissance rapide des fintechs : la digitalisation et la multiplication de nouveaux modèles d’affaires et de coopération entre acteurs financiers.

41 % des institutions financières évaluent leur maturité digitale au stade émergent

Des tendances qui représentent également des défis, en termes de moyens, en termes de risques. Pour autant, dans une large majorité (59 %), les institutions financières interrogées confirment la croissance de l’attractivité de l’industrie financière africaines vis-à-vis des partenaires et des investisseurs internationaux.

>>> Lire aussi notre dossier : Une nouvelle ère pour la finance africaine <<<

  • Accélérer la digitalisation du secteur

Entre ceux des acteurs interrogés qui avaient d’ores et déjà entamé le processus, et ceux qui en ont pris la mesure avec l’arrivée de la pandémie de Covid-19, la grande majorité s’accorde sur la nécessaire accélération de la digitalisation du secteur. C’est d’ailleurs une priorité pour plus de 7 dirigeants sur 10 dans leur stratégie au cours des douze prochains mois.

Et si la crise a chamboulé la façon dont les dirigeants de banques, assurances ou autres institutions financières entrevoient l’avenir pour leurs secteurs, elle a aussi mis l’accent sur la recherche de rentabilité et de meilleure efficacité opérationnelle (à près de 80 %) pour affronter l’ère post-Covid.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3100_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer